Climat : le point sur les négociations à quatre jours de la fin de la COP28

Les négociateurs venus des quatre coins du monde à Dubaï multiplient les réunions avant la fin de la COP28.
Les négociateurs venus des quatre coins du monde à Dubaï multiplient les réunions avant la fin de la COP28. Tous droits réservés Kamran Jebreili/Copyright 2023 The AP. All rights reserved.
Par euronews avec agences
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les délégations à Dubaï entament un dernier marathon de négociations avant mardi. Objectif : trouver un compromis acceptable sur les énergies fossiles jugées responsables du réchauffement climatique.

PUBLICITÉ

A quatre jours de la fin de la COP28 à Dubaï, c'est heure du marathon final des négociations. Des délégués venus du monde entier multiplient les réunions croisées pour aboutir un compromis. En jeu notamment l'avenir du pétrole, du gaz et du charbon. s'agira de trouver un subtile équilibre entre l'impératif scientifique de sortie des énergies fossiles -les rapports de la communauté sont chaque année plus alarmants face au réchauffement climatique - et le nécessaire développement économique des pays émergents.

Les négociateurs épluchent frénétiquement le dernier projet d'accord rendu public ce vendredi après-midi et qui est passé en une semaine de 108 à 206 articles, dans le but de terminer la COP à l'heure mardi. Ce document propose une, deux, trois options ou plus sur de nombreux articles.

Des formules inédites sont apparues : sur les énergies fossiles, au coeur des discussions, cinq options sont désormais proposées, dont celle de n'avoir "aucun texte" - rien sur le sujet - ou encore "une sortie des énergies fossiles alignée sur les meilleures connaissances scientifiques disponibles".

Balai diplomatique

Deux autres formulations de sortie des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) mettent plus spécifiquement l'accent sur le captage des émissions, un chiffon rouge agité par de nombreux pays dont ceux de l'Union européenne.

Mais leur sort est aussi mentionné par ricochet ailleurs, en particulier dans le passage qui appelle à un triplement de la capacité des énergies renouvelables dans le monde d'ici à 2030. En bref, cette option dit : d'accord pour remplacer les énergies fossiles mais seulement au fur et à mesure que les renouvelables montent en gamme.

Une phraséologie qui fait écho à une déclaration commune en novembre Chine/Etats-Unis, les deux premiers émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre. Pékin et Washington s'engageaient à "accélérer suffisamment le déploiement des renouvelables (...) afin d'accélérer le remplacement de la production d'électricité à partir du charbon, du pétrole et du gaz".

La fin des énergies fossiles est "inévitable"

Le président émirati de la COP28 et patron de la compagnie pétrolière nationale des Emirats arabes unis, Sultan Al Jaber, n'a pas promis que charbon, gaz et pétrole figureraient dans le texte final mais il a répété vendredi, comme il le fait depuis six mois, que la réduction de la place faite aux énergies fossiles était "inévitable".

"Il est certain que le déclin de la consommation d'énergies fossiles va se produire, à terme", a-t-il martelé en conférence de presse. Toutefois, dans une allusion à sa position habituelle selon laquelle il ne faut pas se débarrasser trop vite du pétrole, il s'est redit "réaliste, pragmatique".

"Nous devons être justes. Nous devons être équitables. Nous devons être ordonnés et responsables dans la transition énergétique", a-t-il lancé.

En filigrane : les pays pauvres ont besoin d'énergie pour donner accès à l'électricité, aux transports et au développement à leurs citoyens ; si les pays riches veulent en finir avec le pétrole, ils doivent donner l'exemple et financer le solaire et les autres énergies renouvelables dans le reste du monde.

La Chine constructive ?

"On ne trouvera pas un accord sans la Chine", souligne l'entourage de la ministre française de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher.

Malgré son opposition à une brusque sortie des énergies fossiles, dont elle est la première consommatrice mondiale, la Chine est considérée comme "constructive", rapportent des participants, à l'inverse de l'Arabie saoudite accusée d'obstructionnisme.

Le négociateur chinois, Xie Zhenhua, multiplie lui aussi les meetings, semblant indiquer que son pays ne souhaite pas de fiasco final.

Sa position de gros producteur mondial d'éolien et de solaire et son pied dans le monde des pays émergents et en développement pourraient permettre à "la Chine de débloquer ces négociations engluées dans la deuxième semaine", souligne Yuan Ying, de Greenpeace East Asia.

Pour satisfaire Pékin, des formulations originales peuvent encore surgir : "ce n'est pas binaire ou trinaire, il faudra trouver quelque chose qui permette d'avoir un consensus", confie un négociateur du camp de la sortie des énergies fossiles.

La crédibilité des COP

Comme chaque jour, des rassemblements animent les allées de la COP28.

Des dizaines de jeunes militants se sont encore rassemblés pour appeler à la fin des énergies fossiles, au cours d'une manifestation organisée par les "Fridays for Future", le mouvement de la grève de l'école lancée par la Suédoise Greta Thunberg, absente.

Si la COP28 ne parvient pas à appeler à sortir de celles-ci, "cela remettra en question la crédibilité non seulement de la COP28 mais de l'ensemble du processus des COP", a par ailleurs mis en garde la jeune militante ougandaise Vanessa Nakate.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

"Nous faisons des progrès, mais pas assez vite", regrette le président de la COP28

COP 28 : des financements massifs pour adapter l'agriculture aux défis climatiques

COP28 : près de 200 pays s'accordent sur une "transition hors des énergies fossiles"