Hongrie : polémique autour de l'usine Continental de Makó, après le licenciement de 50 employés

L'usine hongroise de Continental de Makó a licencié 50 employés hongrois pour embaucher 200 intérimaires indonésiens.
L'usine hongroise de Continental de Makó a licencié 50 employés hongrois pour embaucher 200 intérimaires indonésiens. Tous droits réservés Axel Heimken/AP
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La direction accuse également l'un des syndicats, qui a organisé une grève il y a deux ans d'être responsable de cette situation.

PUBLICITÉ

L'usine hongroise de Continental de Makó, fabricant allemand de pneus et de pièces automobiles a licencié une cinquantaine de salariés. Certains y travaillaient depuis des décennies. L'affaire a fait scandale car peu de temps après, l'entreprise a embauché deux cents intérimaires indonésiens. 

Levente Szűrszabó, le directeur de l'usine, assure que cette mesure était nécessaire : "Nous avons le taux de chômage le plus bas de la région et nous ne pouvions pas nous développer pour répondre à la demande, c'est pourquoi nous avons dû nous tourner vers une solution de pays tiers pour simplement répondre aux besoins nés du boom de l'industrie automobile. Je souligne : c'est temporaire".

L'usine traverse une période difficile car elle fournit principalement des pièces détachées pour voitures diesel et essence. L'entreprise mère ne l'a pas inclus dans ses nouveaux programmes pour le moment. La direction accuse également l'un des syndicats, qui a organisé une grève il y a deux ans d'être responsable de cette situation. Une accusation rejetée par l'intéressé.

"Si nous disons maintenant que cette entreprise est en difficulté, que son avenir est en danger, alors après la grève, lorsqu'ils auront licencié 100 personnes - à notre avis en représailles - ils n'auraient pas dû embaucher 200 Indonésiens quelques mois plus tard, ils je n'aurais pas dû signer un contrat de deux ans avec eux" explique Gábor Radics, président du Syndicat de l'industrie du caoutchouc.

Le gouvernement Fidesz, pourtant opposé à l’immigration, a facilité l’emploi des travailleurs étrangers. Le maire de Makó, élu Fidesz, a quant à lui exprimé haut et fort son indignation..

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Hongrie va recevoir 920 millions d'euros de fonds européens sans conditions, malgré les inquiétudes concernant l'État de droit

Hongrie : pour Viktor Orban, l'UE est une "mauvaise parodie" de l'Union soviétique

La Hongrie et la Pologne ne peuvent pas bloquer le Pacte asile et migration, malgré leurs dires