Géorgie : une manifestation pro-UE avant une décision sur le statut de candidat

Manifestation pro-UE à Tbilissi, en Géorgie, en 2023.
Manifestation pro-UE à Tbilissi, en Géorgie, en 2023. Tous droits réservés Shakh Aivazov/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Géorgie, une ex-république soviétique longtemps dans la sphère d'influence de Moscou, a demandé à candidater à l'UE après l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe, en février 2022.

PUBLICITÉ

Plusieurs centaines de manifestants pro-UE ont défilé samedi à Tbilissi, la capitale de la Géorgie, une semaine avant que Bruxelles ne se prononce pour accorder le statut de candidat à ce pays du Caucase.

Les dirigeants européens doivent se réunir les 14 et 15 décembre pour aborder la question lors d'un sommet où des négociations avec l'Ukraine et la Moldavie, déjà officiellement candidates à l'UE, sont également prévues.

Agitant des drapeaux européens et géorgiens, les manifestants, qui représentaient plusieurs ONG, ont remonté la principale avenue de Tbilissi, selon un correspondant de l'AFP sur place.

Sur la place de l'Europe, les manifestants ont déplié un drapeau européen de 33 mètres de long. "L'unité des Géorgiens a une importance décisive pour assurer notre chemin vers l'UE", avaient déclaré les organisateurs dans un communiqué.

La président pro-européenne du pays, Salomé Zourabichvili, était à la manifestation.

"En principe, la décision du 15 décembre ne devrait pas poser problème, si elle suit la recommandation de la Commission (européenne), ce qui est notre espoir à tous", a affirmé Mme Zourabichvili à l'AFP.

"Il serait extrêmement grave que (le dirigeant hongrois) Orban - sous l'impulsion de la Russie - puisse forcer l'Union européenne à aller à l'encontre de décisions qui vont vers un avenir européen commun, vers la liberté commune de l'Ukraine, de la Géorgie, de la Moldavie dans l'espace européen", a-t-elle ajouté.

Un manifestant, Nika Tvauri, 60 ans, a résumé ainsi la situation : "Il s'agit de faire rentrer la Géorgie à la maison. Bonjour l'Europe, au revoir la Russie", a affirmé ce mathématicien à l'AFP.

La Géorgie, une ex-république soviétique longtemps dans la sphère d'influence de Moscou, a demandé à candidater à l'UE après l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe, en février 2022.

Bruxelles a accordé en juin 2022 le statut de candidat à l'Ukraine et la Moldavie, mais pas à la Géorgie, exigeant au préalable des réformes électorales et judiciaires, des efforts pour améliorer la liberté de la presse et lutter contre les oligarques.

En novembre, la Commission européenne a néanmoins recommandé de lui accorder le statut de candidat, tout en appelant le gouvernement géorgien à entreprendre des réformes qui "reflètent" la volonté de ses citoyens à rejoindre l'Union.

L'aspiration à rejoindre l'UE et l'OTAN est inscrite dans la Constitution géorgienne et soutenus, selon des sondages d'opinion, par environ 80% de la population.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Géorgie : une foule immense dans les rues de la capitale pour fêter le statut de candidat à l’UE

Géorgie : des soldats russes ont tué un civil, affirme Tbilissi

De plus en plus de jeunes Géorgiens veulent rejoindre les milices