Zelensky exhorte ses alliés européens et américains à débloquer leur aide

Volodymyr Zelensky en tournée diplomatique à Oslo
Volodymyr Zelensky en tournée diplomatique à Oslo Tous droits réservés Cornelius Poppe/Cornelius Poppe / NTB
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président ukrainien a exhorté mercredi à Oslo ses alliés européens et américains à poursuivre leur aide.

PUBLICITÉ

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté mercredi à Oslo ses alliés européens et américains à poursuivre leur aide, au moment où de nouvelles enveloppes sont bloquées par des dissensions tant à Bruxelles qu'à Washington.

Le président russe Vladimir "Poutine s'est trouvé des copains en Iran et en Corée du Nord, recevant des armes qui tuent notre peuple", a dit M. Zelensky lors d'un discours devant le Parlement norvégien.

"Malheureusement, les dictateurs fournissent la Russie de manière plus régulière que beaucoup de démocraties ne le font pour l'Ukraine", a-t-il déploré à la veille d'un important sommet de l'UE à Bruxelles.

Aux Etats-Unis et dans l'Union européenne, le versement de plusieurs dizaines de milliards de dollars au profit de l'Ukraine est actuellement entravé par des divisions internes.

La contre-offensive militaire lancée en juin par l'armée ukrainienne n'ayant pas apporté les résultats espérés, M. Zelensky cherche à remobiliser ses alliés.

"Bien sûr, on ne peut pas gagner sans aide", a-t-il dit peu après son arrivée à Oslo tôt mercredi.

Dans la capitale norvégienne, il a notamment participé à une réunion des dirigeants des cinq pays nordiques (Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Islande) sur lesquels il compte pour financer son projet de production d'armes de type Otan sur le territoire ukrainien.

"Ce que l'Europe peut faire, c'est faire la même chose (...) que ce que font les pays nordiques", a-t-il souligné.

Depuis le début de la guerre en février 2022, les pays nordiques disent avoir consacré au total environ 11 milliards d'euros au soutien de l'Ukraine.

"Ce n'est pas le moment de faiblir", ont affirmé leurs cinq dirigeants dans une lettre ouverte publiée dans le Financial Times.

La Norvège, par exemple, a consenti en début d'année une aide pluri-annuelle à l'Ukraine, civile et militaire, de 6,8 milliards d'euros sur la période 2023-2027.

Mercredi, elle a annoncé le versement d'un peu plus de 250 millions d'euros dans le cadre de cette enveloppe, y compris de nouveaux armements antiaériens cruciaux alors que le pays continue d'être bombardé par la Russie.

Plus de cinquante personnes ont été blessées mercredi dans une attaque nocturne de missiles sur Kiev.

La Première ministre danoise, Mette Frederiksen, a de son côté indiqué que son gouvernement présenterait jeudi un "nouveau paquet" d'aides militaires à l'Ukraine d'une valeur proche d'un milliard d'euros.

Sommet crucial

L'ouverture de négociations d'adhésion à l'UE et l'approbation d'une aide européenne de 50 milliards d'euros en faveur de l'Ukraine, sous forme de dons et de prêts, seront au menu d'un sommet européen à Bruxelles jeudi et vendredi.

Le nationaliste hongrois Viktor Orban, seul dirigeant de l'UE à avoir maintenu des liens étroits avec le Kremlin après l'invasion de l'Ukraine par la Russie, a menacé de bloquer ces décisions clés pour l'Ukraine, qu'il accuse notamment de corruption.

"Je suis prêt à conclure des accords financiers sur des questions financières", a-t-il cependant dit dans un entretien publié mercredi, mais sans allusion spécifique à l'aide à l'Ukraine.

"Je lui ai demandé de me donner une raison, pas trois, cinq ou dix, mais une raison. J'attends toujours la réponse", a commenté M. Zelensky. "Il n'a aucune raison de bloquer une adhésion ukrainienne à l'UE."

PUBLICITÉ

Refuser des négociations en ce sens voudrait dire que le président russe Vladimir "Poutine a mis son veto", a-t-il affirmé.

Avant Oslo, le président ukrainien était à Washington où il a échoué à convaincre le Congrès, divisé sur la question, d'approuver une nouvelle enveloppe de 61 milliards de dollars pour son pays, disant simplement avoir reçu des signaux "positifs".

Le Congrès a engagé plus de 110 milliards de dollars pour fournir des équipements militaires à l'Ukraine et la soutenir économiquement, mais n'a pas réussi jusqu'à présent à s'entendre sur la rallonge demandée par la Maison Blanche, pour tenir au moins jusqu'à la présidentielle de novembre 2024 aux Etats-Unis.

Les démocrates sont favorables à cette rallonge.

A part une poignée d'élus de la droite radicale, les républicains n'y sont pas totalement opposés. Mais ils lient leur soutien à un durcissement majeur de la politique d'immigration des Etats-Unis.

PUBLICITÉ

De son côté, le Kremlin a estimé mardi que toute nouvelle aide américaine était vouée au "fiasco", tandis que l'armée russe a revendiqué des avancées "significatives" sur une partie du front.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

UE : les 27 se réuniront début 2024 concernant le blocage de l'aide financière à l'Ukraine

Le FMI débloque une nouvelle aide pour l'Ukraine

Volodymyr Zelensky espère que l’UE "remplira sa promesse envers l’Ukraine"