Nigéria : Près de 160 personnes tuées dans des attaques dans le centre du pays par des groupes armés

Photo de la vidéo AFPTV Village Nigéria attaqué
Photo de la vidéo AFPTV Village Nigéria attaqué Tous droits réservés AFPTV/screengrab
Par Somaya Aqad, AFP, Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Des groupes armés nommés "bandits" par les autorités locales ont attaqué et incendié plusieurs villages dans le centre du pays. Près de 160 personnes ont été tuées et plus de 300 ont été blessées et transportées dans les hôpitaux de la région.

PUBLICITÉ

Près de 160 personnes ont été tuées dans des attaques menées par des groupes armés entre samedi soir et lundi dans plusieurs villages de l'État du Plateau, dans le centre du Nigeria, ont annoncé lundi les autorités locales.

"Les hostilités déclenchées samedi se poursuivaient lundi matin", a déclaré à l'AFP Monday Kassah, le président du conseil du gouvernement de Bokkos, une circonscription située dans cette région en proie depuis plusieurs années à des tensions religieuses et ethniques. Il a ajouté :"Au moins 113 corps ont été retrouvés".

Et, "plus de 300 personnes" ont été blessées et transférées dans les hôpitaux de Bokkos, de Jos et de Barkin Ladi, a affirmé Monday Kassah.

Un premier bilan provisoire de la Croix-Rouge locale transmis à l'AFP faisait état lundi soir de 104 morts dans 18 villages de la région de Bokkos.

Des groupes armés, dont les membres sont localement qualifiés de "bandits", ont attaqué "pas moins de 20 villages", incendiant de nombreuses maisons, entre samedi soir et lundi matin, a précisé M. Kassah, selon qui "les attaques étaient bien coordonnées".

A ces 113 morts dans la circonscription de Bokkos s'ajoutent "au moins 50 personnes tuées" dans quatre villages de la circonscription voisine de Barkin Ladi, d'après Dickson Chollom, un élu de l'assemblée locale.

Des élus condamnent  les "Marchands de mort"

"Nous ne succomberons pas aux méthodes de ces marchands de mort, nous sommes unis dans notre volonté de paix et de justice", a-t-il déclaré à l'AFP.

"Nous dormions la nuit quand, soudain, des coups de feu ont retenti. Nous avions peur, nous ne nous attendions pas à une attaque", a raconté dimanche à l'AFP Markus Amorudu, un habitant du village de Mushu, pris pour cible dans la nuit de samedi à dimanche.

"Les gens se sont cachés mais les assaillants ont capturé un grand nombre d'entre nous, certains ont été tués, d'autres ont été blessés", a-t-il ajouté.

Dimanche, le gouverneur de l'État du Plateau, Caleb Mutfwang, avait qualifié cette action armée de "barbare, brutale et injustifiée".

"Des mesures proactives seront prises par le gouvernement pour freiner les attaques en cours contre des citoyens innocents", avait promis Gyang Bere, le porte-parole du gouverneur.

Des tirs de pistolet se faisaient encore entendre lundi en fin d'après-midi, a dit une source locale, contredisant des propos de l'armée selon lesquels "la situation a été maîtrisée" dimanche.

Une ONG fustige les autorités locales

L'ONG Amnesty International a réagi à ces violences sur son compte X, jugeant que "les autorités nigérianes ont toujours échoué dans leurs tentatives de mettre un terme à ces fréquentes attaques dans l'Etat du Plateau".

Les populations des régions du nord-ouest et du centre du Nigeria vivent dans la terreur des attaques des groupes jihadistes et des bandes criminelles qui pillent les villages et tuent ou enlèvent leurs habitants.

Depuis des années, une âpre compétition fait rage entre éleveurs transhumants et agriculteurs sédentaires pour les ressources naturelles dans le centre et le nord-ouest du Nigeria, les seconds accusant les premiers de saccager leurs terres avec leur bétail.

Aggravées par le changement climatique et l'explosion démographique dans ce pays de 215 millions d'habitants, les violences sporadiques ont débouché sur une grave crise sécuritaire, entre attaques de bandits lourdement armés et représailles sans fin entre communautés, mais aussi humanitaire.

Le nouveau président nigérian, Bola Ahmed Tinubu, qui a pris ses fonctions en mai dernier, a fait de la lutte contre l'insécurité l'une des priorités de son mandat.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nigeria : Bola Tinubu élu président du pays le plus peuplé d'Afrique

Présidentielle au Nigeria : la lenteur du décompte alimente les craintes de fraude

Volodymyr Zelensky reconnaît qu'il envisage de remplacer son chef d'état-major