Paris : une cinquantaine de migrants dont des enfants en bas âge passent l'hiver à la rue

Une femme se tient dans la rue à côté d'une tente de sans-abri, à Paris, France, mardi 21 décembre 2021. Les pays d'Europe ont décidé de réimposer des mesures plus strictes po
Une femme se tient dans la rue à côté d'une tente de sans-abri, à Paris, France, mardi 21 décembre 2021. Les pays d'Europe ont décidé de réimposer des mesures plus strictes po Tous droits réservés Francois Mori/Copyright 2021 The AP. All rights reserved
Par Somaya Aqad, AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Chaque soir vers 18 heures, une cinquantaine de migrants se retrouvent devant l'hôtel de ville de Paris, accompagnés par des membres de l'association Utopia 56, ils cherchent une solution d'hébergement pour la nuit. Parmi eux de nombreuses familles et des enfants en bas âge.

PUBLICITÉ

Rassemblés sur la place de l’Hôtel de Ville, comme chaque soir à Paris, une cinquantaine de migrants dont de nombreuses familles et enfants en bas âge cherchent un endroit où passer la nuit.

Ils sont accompagnés par les membres de l’association UTOPIA 56, qui vient en aide aux personnes réfugiées et aux migrants.

Comme Aïcha, âgée de 20 ans,  la jeune est arrivée en 2020 du Mali dans la capitale française :

"Il y a beaucoup de familles qui dorment dehors. Moi, je dors dehors ou dans le métro, mais même là, ce n'est pas sûr parce qu'il y a des voyous. C'est compliqué, il n'y a pas d'autre option, nous n'avons pas de solution. Mais il n'y a pas que moi, c'est compliqué".

L'association parvient à héberger entre 20 et 40 % des personnes, pour une ou deux nuits. Il s'agit principalement de femmes avec de très jeunes enfants, originaires de pays comme le Burkina Faso, la Côte d'Ivoire, le Sénégal ou le Mali. Chaque jour, les bénévoles d'Utopia 56 distribuent de la nourriture, des couvertures et des couches pour bébés, tout en se demandant ce qu'il adviendra de ces personnes, à sept mois des Jeux Olympiques.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Manche : mort de cinq migrants au cours d’une tentative de traversée

"Blue Monday" : comment lutter contre le blues hivernal ?

Migrants et crise du logement en Irlande