Frappe israélienne au Liban : le Hamas dénonce "l'assassinat" du n°2 de l'organisation

Le chef du Hamas Ismail Haniyeh à droite et Saleh al-Arouri le n°2 de l'organisation (archive 2018)
Le chef du Hamas Ismail Haniyeh à droite et Saleh al-Arouri le n°2 de l'organisation (archive 2018) Tous droits réservés Mohammad Austaz/Hamas Media Office
Par avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Frappe israélienne au Liban : le Hamas dénonce "l'assassinat" de Saleh al-Arouri qui a été tué dans une frappe israélienne ce mardi à Beyrouth.

PUBLICITÉ

Le Hamas a rapidement confirmé l'information d'abord diffusée par la chaîne de télévision du Hezbollah : Saleh al-Arouri, haut responsable du Hamas et n°2 de l'organisation, a été tué ce mardi soir dans une explosion. 

Arouri, l'un des fondateurs de la branche militaire du Hamas, avait dirigé la présence du groupe en Cisjordanie. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait menacé de le tuer avant même le début de la guerre entre le Hamas et Israël, le 7 octobre.

Les responsables israéliens ont refusé de commenter cet événement.

L'agence de presse nationale libanaise a déclaré que l'explosion avait tué six personnes et avait été perpétrée par un drone israélien.

Une explosion a secoué mardi soir la banlieue sud de la capitale libanaise, provoquant le chaos dans le bastion du groupe militant Hezbollah.

L’explosion s’est produite au cours de plus de deux mois d’échanges de tirs nourris entre les troupes israéliennes et les membres du Hezbollah le long de la frontière sud du Liban.

Depuis le début des combats le 8 octobre, les combats se sont concentrés à quelques kilomètres de la frontière, mais à plusieurs reprises, l’armée de l’air israélienne a frappé des cibles du Hezbollah plus profondément au Liban.

Plus tôt dans la journée, le Hezbollah a déclaré que ses combattants avaient mené plusieurs attaques le long de la frontière libano-israélienne, visant des postes militaires israéliens.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Blinken de retour au Moyen-Orient pour tenter d'éviter une extension du conflit

Guerre Israël-Hamas : risque d'extension du conflit dans la région

Liban: "toutes les options sont ouvertes" face à Israël, dit le chef du Hezbollah