En Macédoine du Nord, la reconnaissance de la minorité bulgare dans la Constitution divise

a
a Tous droits réservés Boris Grdanoski/Copyright 2022 The AP. All rights reserved
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour poursuivre les négociations d'adhésion à l'Union européenne, la Macédoine du Nord doit reconnaître la minorité bulgare dans sa Constitution. Mais la décision divise le pays.

PUBLICITÉ

Alors que le gouvernement de Macédoine du Nord souhaite modifier la Constitution pour y inclure la reconnaissance d’une minorité bulgare, cette décision divise à l’assemblée. Pour les députés du plus grand parti d’opposition, cette décision mettrait en péril l’existence même de cette jeune nation macédonienne, née en 1991, après la dislocation de la Yougoslavie.

"Les Macédoniens n'ont en principe rien contre le fait que la minorité bulgare soit reconnue dans la Constitution. Toutefois, le préambule devrait faire ressortir la continuité historique du peuple macédonien, la nation macédonienne et la spécificité de la langue macédonienne originelle", explique Branko Gerovski, rédacteur en chef du journal "Plus info".

En 2022, la Bulgarie a levé son veto à l’ouverture des négociations d’adhésion du pays à l’UE. Mais Sofia exige désormais que la Macédoine du Nord effectue ce changement constitutionnel.

"En tant que pays, nous devons remplir cette obligation, nous devons la réaliser, si nous voulons poursuivre la voie européenne", explique Darko Kaevski, porte-parole de l'Alliance sociale-démocrate.

Ces changements constitutionnels seront décidés après la présidentielle et les législatives, prévus fin avril et début mai.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Macédoine du Nord peut-elle abandonner le charbon ?

La réunion de l'OSCE en partie boycottée face à la présence russe

Les Chiliens rejettent pour la deuxième fois une nouvelle Constitution