PUBLICITÉ

Politique de l'UE. Macédoine du Nord : une candidate de droite arrive en tête du scrutin

AP
AP Tous droits réservés Boris Grdanoski/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Boris Grdanoski/Copyright 2024 The AP. All rights reserved
Par Somaya Aqad
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Macédoine du Nord, qui souhaite adhérer à l'UE, organisera le 8 mai un second tour de la présidentielle.

PUBLICITÉ

La Macédoine du Nord va procéder à un second tour de la présidentielle après qu'aucun candidat n'a obtenu suffisamment de voix pour l'emporter haut la main lors du premier tour de scrutin organisé mercredi, alors que le pays cherche à entrer dans l'Union européenne.

Le second tour, le 8 mai, coïncidera avec les élections législatives. Les résultats presque complets du vote de mercredi ont montré un fort changement en faveur du candidat soutenu par la principale coalition d'opposition de centre-droit, VMRO-DPMNE.

Une femme en tête du scrutin

Avec environ 92% des votes comptés, Gordana Siljanovska Davkova est largement en tête avec un peu moins de 40%. Le président sortant Stevo Pendarovski,  qui brigue un second mandat de cinq ans avec le soutien des sociaux-démocrates au pouvoir dans le pays, arrive en deuxième position avec près de 20 %, selon la commission électorale d'État. 

M. Pendarovski a été suivi par un candidat de la minorité albanaise allié au gouvernement, le ministre des Affaires étrangères Bujar Osmani, avec 13,6 %. Le taux de participation a été de 49,75 %.

Pour l'emporter haut la main, un candidat devait obtenir le soutien de plus de 50 % des électeurs inscrits. Siljanovska Davkova et Pendarovski se retrouveront donc au second tour de la présidentielle.

En Macédoine du Nord, les espoirs sont grands de voir le président superviser l'entrée tant attendue dans l'UE.

En ligne de mire, l'UE

Ce petit pays des Balkans est en orbite autour de l'Europe des 27 depuis près de vingt ans, mais ses efforts n'ont guère été récompensés.

S'adressant à des dizaines de partisans du VMRO-DPMNE en liesse devant le siège du parti dans le centre de Skopje mercredi en fin de journée, Mme Siljanovska Davkova a insisté sur ses références pro-UE.

« C'est le début d'une nouvelle ère, ce doit être un nouveau cap, je devrais l'appeler le cap européen », a-t-elle déclaré. « Prouvons que nous avons toujours appartenu à l'Europe.»

M. Pendarovski s'est dit déçu du résultat. Il a toutefois déclaré qu'il espérait faire mieux au second tour, notamment grâce au soutien de la minorité albanaise, qui représente environ un quart de la population du pays.

Sept candidats étaient en lice pour ce poste essentiellement cérémoniel, la brève période de campagne s'est concentré sur l'adhésion à l'UE, l'État de droit, la lutte contre la corruption et la réduction de la pauvreté.

Conflit avec la Bulgarie

Siljanovska Davkova, 70 ans, et Pendarovski, 61 ans, sont d'accord pour dire que leur pays a sa place dans l'UE. Mais ils ne sont pas d'accord sur la manière de traiter la Bulgarie voisine, qui insiste pour que Skopje inscrive dans sa constitution la reconnaissance d'une minorité ethnique bulgare. La Bulgarie, membre de l'UE, a déclaré qu'elle bloquerait la demande d'adhésion de la Macédoine du Nord à l'Union européenne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Russie tente de "détourner" la frustration engendrée par le retard de l'adhésion à l'UE, selon le ministre des Affaires étrangères de Macédoine du Nord

En Macédoine du Nord, la reconnaissance de la minorité bulgare dans la Constitution divise

La Macédoine du Nord peut-elle abandonner le charbon ?