Qui sont les rebelles houthis du Yémen qui attaquent les navires en mer Rouge ?

Des combattants houthis et des membres de tribus organisent un rassemblement contre les frappes américaines et britanniques, près de Sanaa, au Yémen, le 14 janvier 2024.
Des combattants houthis et des membres de tribus organisent un rassemblement contre les frappes américaines et britanniques, près de Sanaa, au Yémen, le 14 janvier 2024. Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Le groupe, un mouvement chiite zaïdite qui combat le gouvernement à majorité sunnite du Yémen depuis le début des années 2000, a récemment lancé une série d'attaques contre des navires commerciaux en mer Rouge, ce qui a perturbé le commerce mondial.

PUBLICITÉ

Après des semaines d'attaques contre des navires commerciaux en mer Rouge, les rebelles houthis du Yémen sont désormais au cœur des tensions croissantes au Moyen-Orient, qui menacent d'étendre la guerre entre Israël et le Hamas à un conflit régional.

Mais qui sont réellement les Houthis ?

Les Houthis sont un groupe politique et religieux armé qui s'identifie à la minorité musulmane chiite du Yémen, les Zaidis. Avec le Hamas palestinien et le Hezbollah libanais, le groupe s'est positionné contre Israël, les États-Unis et l'Occident.

Le groupe a été fondé dans les années 1990 par Hussein al-Houthi, mais il s'est fait connaître du grand public pour la première fois au début des années 2000, lorsqu'il s'est battu contre le président autoritaire de longue date du Yémen, Ali Abdullah Saleh.

En 2011, lors du printemps arabe, le dirigeant a cédé le pouvoir à son adjoint Abdrabbuh Mansour Hadi. C'est sous le gouvernement troublé de ce dernier qu'en 2014, les rebelles houthis, soutenus par l'Iran, ont déferlé de leur bastion du nord du Yémen et se sont emparés de la capitale, Sanaa.

En 2015, le groupe a forcé Abdrabbuh Mansour Hadi à fuir à l'étranger après s'être emparé d'une partie du pays. Cette action a déclenché une réaction de l'Arabie saoudite, qui craignait la mise en place d'un gouvernement houthi qui, selon elle, deviendrait essentiellement un satellite de l'Iran.

La même année, une coalition dirigée par l'Arabie saoudite est intervenue pour tenter de rétablir au pouvoir le gouvernement yéménite en exil et reconnu par la communauté internationale, mais le conflit s'est finalement terminé par une guerre par procuration entre l'Arabie saoudite et l'Iran.

La guerre au Yémen, la nation arabe la plus pauvre du monde, a duré des années et a ravagé le pays, tuant 150 000 personnes, dont des civils et des combattants, et créant une catastrophe humanitaire. La guerre s'est terminée par un cessez-le-feu il y a plus d'un an, mais une paix permanente n'a pas encore été instaurée.

Le chef actuel des Houthis est le frère du fondateur du groupe, Abdul Malik al-Houthi.

Que se passe-t-il actuellement ?

Si les Houthis ont sporadiquement attaqué des navires en mer Rouge, ils ont intensifié leurs attaques contre les navires commerciaux depuis qu'une frappe israélienne a touché un hôpital à Gaza le 17 octobre, tuant et blessant de nombreux civils.

Les Houthis affirment qu'ils ne cesseront pas de perturber le commerce en mer Rouge tant qu'il n'y aura pas de cessez-le-feu permanent à Gaza. Ils ciblent les navires appartenant à des Israéliens ou exploités par eux. Mais seuls quelques-uns des navires attaqués ont des liens directs avec Israël.

L'Iran a nié toute implication dans ces attaques.

La semaine dernière, des navires de guerre et des avions américains et britanniques ont tiré des missiles sur des cibles houthies au Yémen, justifiant leurs attaques comme des représailles aux assauts incessants du groupe contre les navires en mer Rouge, malgré les avertissements de Washington.

Les États-Unis avaient jusqu'à présent évité de riposter, le président Joe Biden ayant déclaré à plusieurs reprises qu'il craignait une escalade dangereuse de la guerre au Moyen-Orient. Mais mardi dernier, les Houthis ont lancé leur plus important envoi de drones d'attaque, de missiles de croisière et balistique antinavires sur plusieurs navires commerciaux et militaires en mer Rouge, ce qui a contraint les États-Unis à réagir militairement.

Selon les Houthis, les frappes américaines et britanniques ont tué cinq membres de leurs forces et en ont blessé six. Le groupe a refusé de se retirer et s'est engagé à riposter.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Risque d'inflation : les attaques en mer Rouge font grimper les coûts du transport maritime

Nouveaux raids américano-britanniques au Yémen contre les rebelles houthis

Les États-Unis mettent en garde les milices soutenues par l’Iran