EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Espagne : les séparatistes catalans rejettent le projet de loi d'amnistie

EBU
EBU Tous droits réservés Alvaro Barrientos/Copyright 2019 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Alvaro Barrientos/Copyright 2019 The AP. All rights reserved
Par Somaya Aqad, Euronews, AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les législateurs séparatistes catalans ont porté un coup au gouvernement espagnol mardi en votant contre une loi d'amnistie extrêmement clivante qui visait à aider des centaines de leurs partisans impliqués dans l'échec de la tentative d'indépendance de la Catalogne en 2017.

PUBLICITÉ

Les séparatistes les plus radicaux, qui veulent s'assurer que leur leader Carles Puigdemont, en fuite en Belgique, puisse rentrer chez lui, ont déclaré que la loi proposée n'allait pas assez loin pour le protéger.

Le projet de loi doit être renvoyé à une commission parlementaire pour être à nouveau rédigé dans les deux semaines, mais il reste à voir ce que le gouvernement et les séparatistes peuvent faire pour le sauver.

Ce rejet a mis en évidence la fragilité du gouvernement, même parmi ses soi-disant alliés. Le Premier ministre socialiste Pedro Sánchez a accepté la loi en échange du soutien parlementaire de deux petits partis séparatistes catalans, ce qui lui a permis de former un nouveau gouvernement minoritaire de gauche à la fin de l'année dernière.

Mais le projet de loi, qui a suscité l'ire de millions de personnes en Espagne, a été rejeté après que l'un des deux partis catalans, Junts (Ensemble), a voté contre. Ce parti avait fait pression pour inclure des clauses qui couvriraient M. Puigdemont contre toutes les poursuites judiciaires possibles s'il retournait en Espagne.

"Il n'y a aucune raison d'approuver une loi d'amnistie avec des lacunes", a déclaré Míriam Nogueras, membre de la Junts. Elle a déclaré que les socialistes les avaient prévenus que les amendements proposés "pourraient signifier que la loi d'amnistie a des problèmes en Europe", mais elle a ajouté qu'ils étaient prêts à faire face à cette éventualité. 

Le ministre socialiste de la justice, Félix Bolaños, a déclaré aux journalistes qu'il était "absolument incompréhensible que la Junte vote contre une loi qu'elle a approuvée" et qu'elle le fasse avec des partis de droite qui veulent les voir emprisonnés. Le parti de M. Puigdemont avait prévenu M. Sánchez dès le départ qu'il serait difficile de le satisfaire lorsqu'il soutiendrait son gouvernement, mais peu d'analystes avaient imaginé qu'il risquerait de faire dérailler l'amnistie même qui est conçue pour aider ses partisans.

Défaite cinglante pour Pedro Sánchez

Cette défaite montre que le gouvernement sera à la merci des séparatistes tout au long de la législature. La coalition minoritaire de M. Sánchez dispose de 147 sièges, mais elle a besoin du soutien de plusieurs petits partis pour obtenir une majorité de 176 sièges sur les 350 que compte le parlement. Junts dispose de sept sièges.

L'ex-président catalan est recherché par la Cour suprême d'Espagne pour désobéissance et détournement de fonds, et deux juridictions inférieures enquêtent sur lui et d'autres sécessionnistes pour d'éventuelles accusations de terrorisme et de trahison. 

Le projet de loi d'amnistie a été fortement critiqué par les partis d'opposition conservateurs et d'extrême droite, qui représentent environ la moitié de la population du pays. De nombreux membres du système judiciaire et de la police y sont opposés, de même que plusieurs personnalités du parti de M. Sánchez .

Même si le projet de loi avait été approuvé, il aurait dû être soumis au Sénat, où le Parti populaire, leader de l'opposition farouchement conservatrice, dispose d'une majorité absolue. Ce parti s'est engagé à faire tout ce qui est en son pouvoir pour bloquer le projet de loi au Sénat et le contester devant les tribunaux.

Pedro Sánchez reconnaît que s'il n'avait pas eu besoin du soutien parlementaire des séparatistes catalans, il n'aurait pas accepté l'amnistie. Il affirme également que sans leur soutien, il n'aurait pas pu former un gouvernement et que la droite aurait pu accéder au pouvoir, ayant remporté le plus grand nombre de sièges lors des élections de 2023.

Le chef du gouvernement affirme que l'amnistie sera positive pour l'Espagne car elle calmera davantage la Catalogne, et il se vante que ses politiques pour la Catalogne depuis son arrivée au pouvoir en 2018 ont considérablement apaisé les tensions qui existaient entre Madrid et Barcelone lorsque le Parti populaire était au pouvoir.

Le précédent gouvernement de Pedro Sánchez a accordé grâces à plusieurs dirigeants emprisonnés du mouvement indépendantiste catalan, ce qui a contribué à panser les plaies.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Sécheresse en Catalogne : transporter de l'eau par bateau, est-ce la solution?

Espagne : manifestation contre la gestion de la crise des granulés de plastique

Iles Canaries : 68 migrants sauvés par un bateau de croisière, 5 corps récupérés