EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Nouvelles frappes américaines et britanniques au Yémen contre des cibles houthies

Image d'un Typhoon de la Royal Air Force en route pour un bombardement au Yémen, samedi 3 février (image Ministère de la Défense britannique).
Image d'un Typhoon de la Royal Air Force en route pour un bombardement au Yémen, samedi 3 février (image Ministère de la Défense britannique). Tous droits réservés AS1 Jake Green/UK MOD © Crown copyright 2024
Tous droits réservés AS1 Jake Green/UK MOD © Crown copyright 2024
Par euronews avec AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Au lendemain des bombardements américains en Irak et en Syrie contre des milices pro-palestiniennes, Londres et Washington ont procédé à de nouvelles frappes au Yémen contre des installations houthies toujours actives en mer Rouge.

PUBLICITÉ

Les forces britanniques et américaines ont procédé dans la nuit de samedi à dimanche à une nouvelle série de frappes aériennes contre des cibles houthies au Yémen. 

Au moins 30 cibles ont été touchées sur au moins 10 sites, selon des responsables américains cités par les médias. Plus tôt samedi, le CentCom américain a rapporté que six missiles de croisière antinavires Houthis, lancés vers la mer Rouge, avaient été interceptés avec succès.

Le secrétaire britannique à la Défense, Grant Shapps, a jugé nécessaire de déclarer que les dernières frappes ne constituent "pas une escalade" : "Nous avons déjà ciblé avec succès des lanceurs et des sites de stockage impliqués dans les attaques des Houthis, et je suis convaincu que nos dernières frappes ont encore dégradé les capacités des Houthis."

Ces nouvelles frappes ont eu lieu quelques heures seulement après que l'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, Hans Grundberg, a rencontré le ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amirabdollahian, à Téhéran, pour discuter de l'instabilité dans la région due à la guerre contre Gaza et aux activités des groupes soutenus par l'Iran. 

Samedi, le ministère irakien des Affaires étrangères a convoqué le représentant de l'ambassade américaine pour protester officiellement contre les frappes américaines de la nuit précédente. Le Pentagone a affirmé avoir touché plus de 85 cibles en Irak et en Syrie ; ceux-ci auraient été liés à des milices soutenues par l’Iran.

Les médias américains rapportent que les responsables irakiens ont été prévenus à l'avance des frappes à venir. Plus tôt, Bagdad avait nié avoir reçu des avertissements.

Les groupes soutenus par l'Iran en Irak font état d'environ 16 personnes tuées dans leurs rangs. L'Observatoire syrien des droits de l'Homme affirme quant à lui que 23 militants y ont été tués. Divers groupes humanitaires font également état de victimes civiles. Selon le résumé de USA Today, il pourrait y avoir plus de 60 morts dans les deux pays (Irak et Syrie).

Les groupes ciblés confirment que leurs bases ont été touchées : en Irak, les "Forces de mobilisation de la population", un groupe soutenu par l'Iran, ont publié des photos de leur quartier général officiel de sécurité en ruine à Al Qaim.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Mer Rouge : les Houthis tirent un missile sur un navire de guerre américain

Mer Rouge : Pourquoi certains pays de l'UE ont-ils pris leurs distances par rapport à l'opération américaine contre les Houthis ?

Israël frappe le port de Hodeidah au Yémen après une attaque de drone des Houthis qui a fait un mort à Tel-Aviv