Iran : les gardiens de la révolution ont procédé à des tirs d'essai de missiles

EBU
EBU Tous droits réservés Kamran Jebreili/AP
Tous droits réservés Kamran Jebreili/AP
Par Somaya Aqad euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Les Gardiens de la révolution ont procédé à des tirs d'essai de missiles dotés d’une portée de 1700 km. Selon un ancien responsable du programme nucléaire iranien, qui s’est exprimé sur la télévision publique du pays, Téhéran a la capacité de fabriquer ses propres armes.

PUBLICITÉ

Une vidéo publiée par les Gardiens et diffusée par la télévision d'État mardi montre deux missiles, qui appartiendraient à la famille des missiles balistiques Fateh, tirés depuis des conteneurs sur le navire de guerre Shahid Mahdavi.

Le rapport indique que les missiles ont une portée de 1 700 kilomètres (près de 1 056 miles).

Cet essai intervient dans le contexte de la guerre menée par Israël contre le Hamas à Gaza et des tensions au Moyen-Orient, notamment des attaques menées par les rebelles Houthis soutenus par l'Iran contre le trafic maritime international en mer Rouge.

Un ancien responsable du programme nucléaire de Téhéran a déclaré que la République islamique disposait de tous les éléments nécessaires à la fabrication d'une arme nucléaire.

Lors d'une émission de la télévision publique iranienne diffusée tard dans la nuit de dimanche à lundi, Ali Akbar Salehi a déclaré que le pays disposait de toutes les pièces nécessaires à la fabrication d'une arme.

"De quoi a besoin une voiture ? Elle a besoin d'un châssis, d'un moteur, d'un volant", a-t-il déclaré, avant d'être interrompu par l'animateur de l'émission qui lui demandait s'il était "diplomatique".

"Si vous me demandez si vous avez construit la boîte de vitesses, je répondrai oui. Je répondrai oui. Mais chacun d'eux est construit pour son propre objectif", a poursuivi M. Salehi.

L'Iran a enrichi son uranium

Après l'échec de l'accord nucléaire conclu en 2015 avec les puissances mondiales, l'Iran a poursuivi l'enrichissement nucléaire juste en dessous des niveaux de qualité militaire.

Téhéran a accumulé suffisamment d'uranium enrichi pour fabriquer plusieurs armes, mais les agences de renseignement américaines et d'autres estiment que l'Iran n'a pas encore lancé de programme d'armement.

Le chef de l'organe de surveillance nucléaire des Nations unies a averti mardi que l'Iran n'était "pas totalement transparent" en ce qui concerne son programme atomique.

Rafael Grossi, directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique, a fait allusion aux propos tenus par M. Salehi en Iran lorsqu'il a lancé son avertissement lors du sommet mondial des gouvernements à Dubaï, de l'autre côté du golfe Persique.

"On parle de plus en plus d'armes nucléaires, y compris en Iran récemment. Un très haut responsable a déclaré : "En fait, nous avons tout, tout est démonté. Eh bien, faites-moi savoir ce que vous avez".

Il a toutefois noté "une accumulation de complexités" au Moyen-Orient dans le cadre de la guerre menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza.

On a longtemps cru qu'Israël avait son propre programme d'armement nucléaire.

Depuis 2022, les responsables iraniens parlent ouvertement de ce que Téhéran a longtemps nié, alors qu'il enrichit de l'uranium à des niveaux jamais atteints jusqu'à présent pour obtenir des matières de qualité militaire : La République islamique est prête à fabriquer une arme atomique à volonté.

Toutefois, les commentaires de M. Salehi représentent une nouvelle escalade. Il a dirigé l'Organisation civile de l'énergie atomique de l'Iran sous la présidence d'Hassan Rouhani, un modéré relatif au sein de la théocratie iranienne qui a conclu l'accord de 2015 avec les puissances mondiales.

L'Iran "présente un visage qui n'est pas totalement transparent en ce qui concerne ses activités nucléaires. Bien sûr, cela accroît les dangers", a averti M. Grossi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les États-Unis mettent en garde les milices soutenues par l’Iran

Frappes massives américaines en Syrie et en Irak : au moins 18 combattants pro-Iran tués

L'Iran lance trois satellites faisant partie d'un programme critiqué par l'Occident