Iran : faible participation pour les élections législatives dans le pays

AP
AP Tous droits réservés Office of the Iranian Supreme Leader via AP
Tous droits réservés Office of the Iranian Supreme Leader via AP
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le vote du parlement iranien, le premier depuis les manifestations de masse de 2022, voit une faible participation malgré la pression du gouvernement.

PUBLICITÉ

Le vote du parlement iranien, le premier depuis les manifestations de masse de 2022, voit une faible participation malgré la pression du gouvernement.

 L'Iran a organisé vendredi ses premières élections législatives depuis les manifestations massives de 2022 contre les lois sur le hijab obligatoire à la suite de la mort de Mahsa Amini. L'élection législative enregistre semble t-il un faible taux de participation, des appels au boycott ont été menés.

On ne sait pas encore si l'apathie des électeurs ou la volonté d'envoyer un message à la théocratie iranienne a fait baisser le nombre d'électeurs,  qui se sont rendus dans les bureaux de vote de la République islamique. Alors que la télévision contrôlée par l'État a diffusé des images de files d'électeurs, d'autres, dans la capitale Téhéran, ont vu des bureaux de vote en grande partie vides.

Des responsables, dont le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, ont cherché à établir un lien direct entre le taux de participation et la prise de position contre les ennemis de l'Iran. D'autres, dont Narges Mohammadi, lauréate du prix Nobel de la paix emprisonnée ont appelé au boycott d'un scrutin qu'ils ont qualifié de "simulacre".

Les autorités ont largement interdit aux hommes politiques appelant à un changement au sein du gouvernement du pays, connus sous le nom de réformistes, de se présenter à l'élection. 

Sur les quelque 15 000 candidats en lice pour les sièges du parlement de 290 membres, officiellement connu sous le nom d'Assemblée consultative islamique, seuls 116 sont considérés comme des candidats relativement modérés ou favorables à la réforme.

Pendant ce temps, l'économie iranienne continue de stagner sous l'effet des sanctions occidentales imposées à Téhéran en raison de l'avancement rapide de son programme nucléaire et de l'armement par le pays de milices mandataires au Moyen-Orient et de la Russie dans sa guerre contre l'Ukraine.

Certains électeurs ont reconnu les défis auxquels la République islamique est confrontée.

_"Il y a beaucoup de problèmes, trop de problème_s", a déclaré une électrice qui n'a donné que son nom de famille, Sajjad. "Nous sommes tristes, nous sommes tristes et nous exprimons nos critiques autant que nous le pouvons. Si Dieu le veut, les responsables commenceront à penser à nous, et il est probable que beaucoup d'entre eux s'en soucient."

Le gouvernement met la pression

M. Khamenei, âgé de 84 ans, a été l'un des premiers à voter lors d'une élection qui désignera également les nouveaux membres de l'Assemblée des experts du pays. Ce groupe d'ecclésiastiques, dont le mandat est de huit ans, est chargé de choisir un nouveau guide suprême si M. Khamenei se retire ou décède, ce qui souligne son importance accrue, compte tenu de l'âge de M. Khamenei.

M. Khamenei a voté devant une foule de journalistes à Téhéran, sa main gauche tremblant légèrement lorsqu'il a pris son bulletin de vote de sa main droite, paralysée depuis un attentat à la bombe en 1981. La télévision d'État a montré une femme qui pleurait en filmant M. Khamenei avec son téléphone portable.

Dans son bref discours, il a exhorté les gens à voter. 

"Prêtez attention à cela, rendez vos amis heureux et décevez les mauvais esprits", a-t-il déclaré. Le protégé de M. Khamenei, le président Ebrahim Raisi, partisan de la ligne dure, a répété cet appel et a exhorté le public à faire de ce scrutin "un jour glorieux pour la nation iranienne".

Un taux de participation en berne

Cependant, le taux de participation a semblé faible à Téhéran, où le centre de vote public ISPA avait estimé le taux de participation à 23,5 %.L'ISPA n'avait pas publié de données électorales avant le vote jusqu'à jeudi, ce qui est très inhabituel car ses chiffres sont généralement publiés bien plus tôt.

Le sondage d'ISPA, basé sur une enquête menée auprès de 5 121 personnes en âge de voter, prévoyait un taux de participation de 38,5 % au niveau national. La marge d'erreur du sondage est de 2 %.

Le taux de participation pourrait donc être le plus bas jamais enregistré. Le taux le plus bas a été enregistré lors des dernières élections législatives en 2019, avec un taux de participation de 42 %.

Les appels au boycott ont renforcé la pression sur le gouvernement : depuis la révolution islamique de 1979, la théocratie iranienne fonde sa légitimité en partie sur le taux de participation aux élections.

Dans un bureau de vote vendredi à Téhéran, une jeune femme sans hijab et sa mère, qui en portait un, sont entrées. Aucun commentaire n'a été fait par les autorités ou la police présentes sur place.

PUBLICITÉ

"J'ai accompagné ma mère qui voulait voter pour rappeler aux autorités la répression de l'année dernière", a déclaré la fille, qui a donné son prénom, Zohreh. Sa mère a voté pour un parent modéré qui se présentait dans leur district, tandis que Zohreh a refusé de voter.

Pendant ce temps, une forte présence de sécurité était visible dans la capitale, avec des policiers ordinaires et anti-émeutes sur les principales places et aux carrefours. Quelque 200 000 membres des forces de sécurité ont été déployés dans tout le pays, alors que plus de 59 000 bureaux de vote ont ouvert leurs portes. Un million de personnes supplémentaires participeraient aux élections, dans un pays qui compte quelque 85 millions d'habitants. On estime à 61 millions le nombre de personnes en âge de voter.

Des mandats de cinq ans

Les mandats parlementaires sont de quatre ans et cinq sièges sont réservés aux minorités religieuses de l'Iran. En vertu de la loi, le parlement contrôle le pouvoir exécutif, vote les traités et traite d'autres questions. Dans la pratique, le pouvoir absolu en Iran est détenu par le guide suprême.

Les partisans de la ligne dure ont contrôlé le parlement au cours des deux dernières décennies, et des chants "Mort à l'Amérique" ont souvent été entendus dans l'hémicycle.

le Président du Parlement Mohammad Bagher Qalibaf, un ancien général des gardiens de la révolution qui a soutenu la répression violente des étudiants universitaires iraniens en 1999, l'assemblée législative a fait avancer un projet de loi en 2020, qui a considérablement réduit la coopération de Téhéran avec l'Agence internationale de l'énergie atomique, l'organe de surveillance nucléaire des Nations unies.

PUBLICITÉ

Cela a suivi le retrait unilatéral du président américain de l'époque, Donald Trump, de l'Amérique de l'accord nucléaire iranien avec les puissances mondiales en 2018 - un acte qui a déclenché des années de tensions au Moyen-Orient et a vu L'Iran enrichir suffisamment d'uranium à une pureté record pour avoir assez de carburant pour "plusieurs" armes nucléaires s'il le souhaitait.

Plus récemment, le Parlement s'est concentré sur les questions relatives au port obligatoire du voile, ou hijab, par les femmes iraniennes après la la mort de Masha Amini, 22 ans, en garde à vue qui a déclenché des manifestations dans tout le pays.

Ces manifestations se sont rapidement transformées en appels à renverser les dirigeants religieux de l'Iran. La répression qui s'en est suivie a fait plus de 500 morts et plus de 22 000 personnes ont été arrêtées.

Les bureaux de vote sont restés ouverts jusqu'à 22 heures, heure locale (1830 GMT), les autorités ayant prolongé le scrutin de quatre heures. Les premiers résultats des élections sont attendus dès samedi.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Iran : les législatives cadenassées par les conservateurs

Une architecte de 39 ans originaire d'Iran élue miss Allemagne 2024

Iran : les gardiens de la révolution ont procédé à des tirs d'essai de missiles