PUBLICITÉ

En Autriche, des forages ont commencé pour trouver du gaz

Les forages explratoires ont commencé et ont durer six semaines.
Les forages explratoires ont commencé et ont durer six semaines. Tous droits réservés euronews/ORF via EBU
Tous droits réservés euronews/ORF via EBU
Par euronews avec EBU
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Toujours dépendante du gaz russe, l'Autriche cherche d'autres alternatives. Un forage exploratoire a débuté en Haute Autriche et va durer six semaines, au grand dam des écologistes.

PUBLICITÉ

Alors que l'Europe tente de se décarboner et de se tourner vers les énergies renouvelables, les autorités autrichiennes ont donné leur feu vert pour l'exploration de gaz.

À Molln, en Haute-Autriche, les premiers puits forés par la société énergétique ADX ont commencé tout près du parc national de Kalkalpen. Les opposants au projet ont pu retarder les forages pendant des mois mais ces derniers vont désormais se poursuivre pendant six semaines sans interruption. 

L'objectif du forage est d'atteindre une profondeur de 1 900 mètres afin d'explorer des formations géologiques et de tester l'écoulement du gaz. 1 500 capteurs présents sur le site surveillent ce qu'il se passe, enregistrant et fournissant des données en permanence. Cependant, même si les analyses de données reposent sur des réserves de gaz élevées, il subsiste un risque résiduel quant à la découverte effective de gaz. En effet, le puits est un puits d’exploration, également appelé puits d’exploration.

L'appareil de forage de la vallée de Jaidhaus à Molln a passé avec succès tous les tests de sécurité et de contrôle et est donc prêt à fonctionner. Les travaux de forage et d'essais ont été autorisés jusqu'à fin mars. 

Les opposants au forage gazier continuent de manifester leur opposition au projet, en vain. 

L’Autriche a besoin de nouvelles sources de gaz : au cours des deux dernières années, la dépendance du pays à l’égard du gaz russe n’a pas diminué, mais a augmenté. Le gouvernement envisage une résiliation anticipée du contrat avec Moscou, mais pour ce faire, il lui faut trouver des sources alternatives fiables.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'AIEA discute de sécurité nucléaire

Norvège : touristes russes interdits d'entrée

La Russie poursuit son offensive dans le nord-est de l'Ukraine