Alexeï Navalny était-il sur le point d'être libéré avant sa mort ?

L'opposant russe Alexeï Navalny avant sa mort.
L'opposant russe Alexeï Navalny avant sa mort. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Une collaboratrice de l’opposant russe affirme qu'il était sur le point d’être libéré dans le cadre d’un échange de prisonniers.

PUBLICITÉ

Alexeï Navalny était sur le point d’être libéré dans le cadre d’un échange de prisonniers avant sa mort en prison, il y a un peu plus d’une semaine, affirme Maria Pevchikh.

La collaboratrice de l’opposant russe s'est exprimée dans une vidéo publié ce lundi sur YouTube.

"Alexeï Navalny aurait dû être libéré dans les jours suivants, dit-elle. Nous avions obtenu une décision sur un échange. Début février, il a été proposé à Vladimir Poutine d'échanger un officier du FSB et tueur à gages, Vadim Krasikov, qui purge une peine pour meurtre en Allemagne, contre deux ressortissants américains et Alexeï Navalny. J'ai reçu la confirmation que les négociations étaient en cours et qu'elles en étaient au stade final le 15 février. Le 16 février, Alexeï a été tué".

La porte-parole d’Alexeï Navalny, Kira Yarmysh, a par ailleurs indiqué dans un message être à la recherche d’un lieu pour organiser ses funérailles.

Le corps de l'opposant russe a été remis à sa mère, samedi.

Les circonstances de sa mort restent floues. Les services pénitentiaires russes affirment qu’il est décédé à la suite d’un malaise soudain après une promenade.

Plusieurs pays occidentaux accusent le président russe Vladimir Poutine d’être responsable de la mort d’Alexeï Navalny.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Russie : le corps de l'opposant russe Alexeï Navalny a été remis à sa mère

Mort d'Alexeï Navalny : sa veuve, Ioulia Navalnaïa, ciblée par une campagne de désinformation

La veuve d'Alexeï Navalny Ioulia Navalnaïa demande à l'UE de cibler davantage l'entourage de Poutine