Agression d'un proche de Navalny : la Lituanie pointe du doigt la Russie

La police lituanienne a ouvert une enquête après l'agression violente d'un opposant russe.
La police lituanienne a ouvert une enquête après l'agression violente d'un opposant russe. Tous droits réservés AP Photo
Tous droits réservés AP Photo
Par euronews avec AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour les services de sécurité lituaniens, l'agression à Vilnius de l'opposant russe Leonid Volkov a été perpétrée par le régime russe. L'agresseur est toujours activement recherché.

PUBLICITÉ

La violente agression dont a été victime Leonid Volkov, un proche collaborateur de l'ex-opposant russe Alexeï Navalny, à Vilnius, était une opération orchestrée et exécutée par la Russie. C'est ce qu'a déclaré le service de sécurité de l'État lituanien mercredi. 

"L'attaque contre Leonid Volkov, membre de la Fondation anti-corruption, à Vilnius le 12 mars 2024, est une opération organisée et exécutée par la Russie__visant à empêcher la mise en œuvre des projets de l'opposition russe en lien avec les prochaines élections présidentielles russes non démocratiques", a déclaré le SSD dans un communiqué.

Le chef de la police lituanienne a annoncé que des agents du bureau de police criminelle lituanienne enquêtaient. "Une force massive est déployée, tant en termes de capacités analytiques que de capacités physiques", a déclaré le commissaire général de la police.

Le ministre lituanien de l'Intérieur a déclaré pour sa part que "de telles provocations, comme nous l'avons vu récemment, sont devenues notre routine quotidienne".

Leonid Volkov a été attaqué mardi devant son domicile à coup de marteau devant son domicile. Blessé au visage, à la main et aux jambes, il a été transporté à l'hôpital mais en est sorti plus tard.

Quant à son agresseur, il est activement recherché.

Mercredi, lors d'une visite à Paris, le président lituanien Gitanas Nauseda a déclaré : "je veux qu'il soit très clair que les services évalueront, enquêteront et, je l'espère, trouveront les auteurs. Et à Poutine, je ne peux dire qu'une chose : personne n'a peur de vous ici."

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Guerre en Ukraine : Moscou annonce un accord avec Kyiv pour échanger 48 enfants

Un haut responsable militaire russe comparaît devant le tribunal pour corruption

La Russie a attaqué Kostiantynivka, près du Donetsk, avec une bombe aérienne guidée