EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Bruxelles : échec des pourparlers entre la Serbie et le Kosovo

Josep Borrell, Haut commissaire pour la politique étrangère de l'UE
Josep Borrell, Haut commissaire pour la politique étrangère de l'UE Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2024 The AP. All rights reserved.
Par Jean-Philippe Liabot
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Josep Borrell a tenté une nouvelle fois de réunir les dirigeants de la Serbie et du Kosovo pour des discussions visant à mettre en œuvre un plan de normalisation de leurs relations

PUBLICITÉ

Après avoir rencontré le premier ministre du Kosovo Albin Kurti, puis le président serbe Aleksandar Vučić, Josep Borrell a déclaré qu'aucun progrès entre Belgrade et Pristina n'avait été réalisé.

C'est un nouveau constat d'échec dans ce dossier alors que les deux dirigeants devaient se rencontrer pour la première fois depuis un an.

Le Kosovo n'est pas prêt pour des négociations directes avec la Serbie
Josep Borrell
Haut représentant de l'UE pour les Affaires étrangères

Le Haut commissaire pour la politique étrangère de l'UE s'en est expliqué peu après lors d'un point presse.

"Les discussions ont été, comme prévu, aussi difficiles qu'elles l'ont toujours été et, en fin de compte, il n'y a pas eu de réunion trilatérale. Le Kosovo n'était pas prêt pour cela, le Kosovo n'était pas disposé à organiser cette réunion trilatérale. La Serbie était prête à la faire, mais il faut être deux pour danser le tango et il faut être deux pour s'asseoir autour de la table afin de poursuivre le dialogue. Cela n'a pas été possible aujourd'hui, et malheureusement, aucun progrès dans la mise en œuvre de l'accord n'a pu être réalisé." a-t-il déclaré.

Un accord qui conditionne l'adhésion à l'UE de Belgrade et Pristina

Le Kosovo a déclaré son indépendance de la Serbie en 2008, mais Belgrade a refusé de la reconnaître. Les Serbes du Kosovo restent largement fidèles à Belgrade, en particulier dans le nord, où ils sont majoritaires et rejettent toutes les mesures prises par Pristina pour consolider son contrôle sur la région.

L'UE qui tente depuis plusieurs années de résoudre ce conflit entre les deux camps a maintes fois averti qu'un refus de compromis réduirait les chances de la Serbie et du Kosovo d'adhérer à l'Union européenne.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvel échec des discussions à Bruxelles entre la Serbie et le Kosovo

En Serbie, Stellantis joue la carte de l'électrique malgré les doutes de son patron

Le Tribunal spécial pour le Kosovo condamne Pjetër Shala à 18 ans de prison