EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Nouvel échec des discussions à Bruxelles entre la Serbie et le Kosovo

Le président serbe Aleksandar Vucic à gauche aux côté du Haut représentant européen Josep Borrel
Le président serbe Aleksandar Vucic à gauche aux côté du Haut représentant européen Josep Borrel Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Tous droits réservés Virginia Mayo/Copyright 2023 The AP. All rights reserved
Par euronews avec agence
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Réunis à Bruxelles ce mercredi, les dirigeants des deux pays ne sont pas parvenus à se mettre d'accord. En toile de fond, la grande instabilité dans le nord du Kosovo peuplé majoritairement de Serbes.

PUBLICITÉ

Vers de nouvelles tensions entre le Kosovo et la Serbie ? Mercredi, les dirigeants serbe et kosovar ne sont en tous cas pas parvenus à trouver un accord sur un nouveau compromis proposé par le patron de la diplomatie de l'UE Josep Borrell, au cours d'une nouvelle réunion de crise jeudi à Bruxelles.

"Nous avons tout essayé" pour tenter de trouver un compromis entre le Premier ministre kosovar Albin Kurti et le président serbe Aleksandar Vucic mais il a été "impossible de réduire les différences", a déclaré M. Borrell, manifestement frustré par "l'incapacité" des deux dirigeants à s'entendre.

Depuis la guerre, qui prit fin en 1999 avec des bombardements de l'Otan, les relations entre Pristina et Belgrade vont de crise en crise.

La Serbie refuse de reconnaître l'indépendance proclamée en 2008 par son ancienne province, dont la population d'1,8 million d'habitants, très majoritairement d'origine albanaise, comprend une communauté serbe d'environ 120 000 personnes, qui vit essentiellement dans le nord du Kosovo.

Après l'échec de discussions similaires en juin, M. Borrell pensait avoir trouvé une issue avec un compromis, la "seule voie réaliste" pour débloquer les négociations, a-t-il souligné.

La partie serbe souhaite en préalable obtenir une forme d'association des communautés serbes dans le nord, tandis que la partie kosovare réclame avant toute discussion la reconnaissance par Belgrade de l'indépendance du Kosovo.

Devant cette impasse, M. Borrell a suggéré un "processus en parallèle" mettant en oeuvre ces deux conditions posées à la négociation.

Mais, a-t-il déploré, le Premier ministre kosovar n'était "pas prêt à avancer" dans cette direction.

"A la fin, nous, en tant que Serbie, avons accepté le compromis de l'UE. Kurti l'a refusé et la rencontre a pris fin", a affirmé de son côté le président serbe.

M. Borrell a également déploré le regain des tensions dans la région, appelant les deux parties à prendre des "mesures immédiates" pour la faire baisser.

Le nord du Kosovo, où se concentre la minorité serbe, est le théâtre de troubles récurrents. La situation s'y était brutalement envenimée en mai lorsque les autorités kosovares avaient décidé de nommer des maires albanais dans quatre municipalités en majorité peuplées de membres de la communauté serbe.

M. Borrell a une nouvelle fois appelé à la démission de ces quatre maires, la "meilleure solution", et à l'organisation de nouvelles élections.

Fin mai, quelque 90 soldats de la Kfor, la force emmenée par l'Otan au Kosovo, ont été blessés dans des heurts avec des manifestants serbes.

Depuis, le calme est revenu mais la situation reste particulièrement "instable", avait averti le 6 septembre le commandant de la Kfor, le général Angelo Ristuccia.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Kosovo : un policier tué dans une embuscade, un autre blessé

L'Albanie exhorte le Kosovo à accepter le plan européen

L'Otan déploie ses troupes de la KFOR dans le nord du Kosovo, redoutant une escalade des tensions