EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Lettonie : premier Pacs pour un couple homosexuel

EBU
EBU Tous droits réservés LVLT día EBU.
Tous droits réservés LVLT día EBU.
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Lettonie se dote d'un Pacs pour les couples homosexuels qui peuvent désormais légaliser leur union et bénéficier de certains avantages fiscaux.

PUBLICITÉ

Maksim Ringo et Janis Locs forment le premier couple letton du même sexe à légaliser leur union.

La nouvelle loi est entrée en vigueur ce lundi. La nouvelle législation crée une union civile et établit une reconnaissance juridique aux couples homosexuels.

Janis Locs, conjoint letton pacsé : "Nous attendons ce jour depuis longtemps, depuis le jour où la loi a été adoptée. C'est un événement très attendu".

Le Parlement letton a validé la création d'un Pacs en novembre dernier.

46 couples de même sexe avait lancé de procédure en justice pour obtenir la reconnaissance officielle d'être des familles à part entière.

Les couples homosexuels peuvent s'enregistrer chez le notaire, le mariage en mairie reste réservé aux couples hétérosexuels.

Aigars Kaupe, notaire : "Ce n'est pas seulement important d'un point de vue historique. Il s'agit d'un élément fondamental pour la société lettone, le droit de reconnaître que les gens sont différents, que les relations sont différentes, que tous ont de la valeur et que tous doivent être protégés."

La nouvelle législation lettone offre aux couples homosexuels pacsés des avantages fiscaux, mais pas autant de droit que les couples traditionnel. La loi n'autorise ni l'adoption ni l'héritage de son conjoint pour un couple de même sexe.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment: Un million de personne célèbre la fierté et la paix à Madrid

Une progression de l’extrême droite dans l’UE inquiète la communauté LGBTQIA+

Loi anti LGBTQ en Irak : Bruxelles et Washington s'inquiètent