EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Bangladesh : le gouverneur de la Banque centrale démissionne

Bangladesh : le gouverneur de la Banque centrale démissionne
Tous droits réservés 
Par Anne Glémarec avec Reuters
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Atiur Rahman dit vouloir tirer les leçons du cyber-braquage de son compte en devises étrangères auprès de la FED de New York.

PUBLICITÉ

Le gouverneur de la Banque centrale du Bangladesh s’est finalement sacrifié sur l’autel du scandale. Atiur Rahman a remis sa démission ce mardi, tirant les leçons du plus gros cyber-casse de l’histoire dont a été victime son institution. Deux vice-gouverneurs ont par ailleurs été limogés.

J’ai voulu préserver l’image de la banque et j’ai démissionné volontairement pour être à la hauteur de mes valeurs morales. Il n’y a pas beaucoup de précédents dans ce pays, peu de gens prennent leurs responsabilités, moralement, et démissionnent pour l’exemple,“ a expliqué ce professeur en économie du développement.

Les pirates ont dérobé l‘équivalent de 72 millions d’euros début février sur le compte de l’institution auprès de la Réserve fédérale américaine. L’argent a été transféré aux Philippines. “L’agence philippine de lutte contre le blanchiment d’argent et la banque centrale mènent l’enquête de concert. D’après les médias locaux, la banque commerciale philippine Rizal, qui a reçu les versements, les a validés sans vérification préalable,“ a précisé le directeur exécutif de la Banque centrale du Bangladesh, Subhankar Saha.

Les fonds ont été versés à un individu d’origine chinoise et à deux casinos. Ces derniers échappant aux lois anti-blanchiment, le Bangladesh a peu de chance de recouvrer son argent.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Banque centrale du Bangladesh : après le piratage, les sanctions

Pourquoi la réélection de Trump pourrait-elle affecter l'économie européenne à hauteur d'au moins 150 milliards d'euros ?

Elections : le gouvernement français fait marche arrière sur la réforme de l'assurance chômage