PUBLICITÉ

FMI : l'Egypte espéère un prêt de 12 milliards de dollars

FMI : l'Egypte espéère un prêt de 12 milliards de dollars
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En échange, le pays devra mettre en oeuvre des réformes douloureuses. L'instauration d'une TVA généralisée est en discussion.

PUBLICITÉ

Au bord de l’asphyxie, l‘économie égyptienne pourrait recevoir l’aide du Fonds monétaire international dans les semaines qui viennent.
De l’argent frais pour tenter de relancer une machine paralysée par cinq années d’instabilité depuis la chute d’Hosni Moubarak. Or la situation bancaire a récemment empiré malgré quelques “notes”:L‘économie égyptienne vue par le Trsor français : http://www.tresor.economie.gouv.fr/File/425380 optimistes.

L'Egypte demande l'aide financière du FMI https://t.co/evFWFcAHZ2pic.twitter.com/fN2NfFbI11

— RFI (@RFI) 27 juillet 2016

Le gouvernement espère donc obtenir un prêt de 12 milliards de dollars du FMI sur trois ans. Mais les experts s’affrontent quant à l’impact réel de ce prêt sur le système bancaire et l‘économie réelle.

Mohammed Alnajar, expert financier : “L’Egypte ne respecte pas le travail législatif et le cadre légal qui permettrait d’attirer des capitaux étrangers. Or, le prêt de 12 milliards du FMI sur trois ans ne va pas déclencher un afflux d’investisseurs étrangers en Egypte. Nous manquons de lois et nous avons aussi besoin d’une infrastructure financière solide.”

La pénurie de dollars n’a pas arrangé la situation. Depuis la révolution de 2011, les réserves de la Banque centrale ont fondu de moitié. Et le marché noir a aggravé la situation.

Conséquence pour les Egyptiens : les prix ont explosé tant pour les entreprises que pour les particuliers.
Une tendance qui s’est accélérée à la veille du Ramadan en juin dernier.

Yaser Abdullah, entrepreneur égyptien : “Les consommateurs dépensent moins d’argent qu’auparavant. Ils n’achètent que le nécessaire pour survivre et ont cessé d’acheter de nombreux produits à cause de la hausse du dollar et de son impact sur les prix. Et logiquement tout cela se répercute sur nous”.

Depuis 2012, l’Egypte a déjà reçu l’aide de ses riches voisins mais l’aide du FMI se fera sous strictes conditions. L’instauration d’une TVA généralisée fait partie des discussions. Des réformes douloureuses en perspectives.

“Alors que la situation économique s’aggrave de jour en jour, beaucoup d’Egyptiens attendent avec espoir l’issue des néogociations avec le FMI pour relancer l‘économie, explique Mohammed Shaikhibrahim notre correspondant au Caire. Mais beaucoup s’inquiétent déjà des conditions qui pourraient être imposées par le FMI. Des conditions ressenties comme une insulte face leur détresse.”

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le commissaire européen en charge de l'Economie assume la priorité donnée au Pacte vert durant le mandat

L'inflation poursuit sa baisse dans l'UE (Commission européenne)

Logement en Europe : dans quels pays y a-t-il le plus de propriétaires ?