Présidentielle US : quel avenir pour les traités commerciaux ?

Présidentielle US : quel avenir pour les traités commerciaux ?
Par Anne Glémarec
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Sur fond de méfiance grandissante vis-à-vis de la mondialisation, le protectionnisme fait recette auprès des électeurs américains.

PUBLICITÉ

Après l‘échec des négociations commerciales entre l’Union européenne et le Canada, tous les négociateurs l’admettent : le TTIP ou traité transatlantique entre Bruxelles et Washington ne sera pas finalisé sous le mandat Obama.

L’avenir des traités de libre-échange s’annonce des plus incertain après la présidentielle américaine.

Hillary Clinton entretient l’ambiguïté sur le TTIP, se contentant de jurer qu’elle défendra bec et ongle les intérêts américains. La candidate démocrate est en revanche clairement opposée, tout comme son rival Donald Trump, au Partenariat transpacifique avec 12 pays de la région Asie-Pacifique. Le candidat républicain veut même renégocier voire annuler tous les accords de libre-échange.

Trump talks tough on trade and Chinese steel hurting American workers—but he bought Chinese steel for two of his last three buildings.

— Hillary Clinton (@HillaryClinton) 10 octobre 2016

I will renegotiate NAFTA. If I can’t make a great deal, we’re going to tear it up. We’re going to get this economy running again. #Debate

— Donald J. Trump (@realDonaldTrump) 20 octobre 2016

Pour les experts, la popularité du protectionnisme s’explique par le manque d’attention accordée ces dernières années aux perdants de la mondialisation : les travailleurs peu qualifiés des pays riches, dont les emplois ont été délocalisés vers les pays à faibles salaires.

Avec AFP, Reuters.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Allemagne enregistre une baisse de la croissance économique au dernier trimestre 2023

Guerre Israël-Hamas : l'économie israélienne en perte de vitesse

Le marché unique européen met les objectifs écologiques et numériques au centre de ses préoccupations