Macron et Tsipras défendent la nouvelle attractivité de la Grèce

Macron et Tsipras défendent la nouvelle attractivité de la Grèce
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

Venez investir en Grèce, vous ne le regretterez pas ! C’est le message porté ce vendredi à Athènes par Emmmanuel Macron et Alexis Tsipras. Les deux chefs d’Etat se sont rencontrés accompagnés de leurs délégations de chefs d’entreprise, ils ont défendu la nouvelle attractivité de la Grèce.

Emmanuel Macron : “Que s’est-il aussi passé pendant la crise ? On a poussé parfois la Grèce à choisir, à être obligée de choisir des investissements non-européens parce que les Européens n‘étaient plus là. Et moi je ne suis pas heureux de cette situation. Donc moi je veux que maintenant les Européens viennent, avec le monde entier, investir en Grèce, et qu’on puisse offrir ce choix à l‘économie grecque, aux Grecs, d’avoir des offres diverses et que l’Europe soit au rendez-vous et que la France soit au rendez-vous”.

Le chef du gouvernement grec a défendu de son côté l’ampleur des réformes effectuées depuis cinq ans :

“Vraiment, a lancé Alexis Tsipras, la Grèce est une opportunité, une opportunité réelle. Après sept ans de récession interne, mais aussi après un tel effort de réformes, il ne serait pas exagéré de dire que dans aucun autre pays européen, dans un laps de temps aussi restreint, un tel effort de réformes a été effectué”.

Le retour de la Grèce sur les marchés est une bonne chose ; l’Europe, solidaire et responsable, doit investir pour accompagner la relance. pic.twitter.com/2WWtQw9JSa

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) September 8, 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les Européens à faibles revenus mènent une lutte acharnée contre le coût du logement

Voici pourquoi l'économie allemande reste la plus en difficulté en Europe

L'impôt sur les successions en Europe : comment les règles, les taux et les recettes varient-ils ?