Brexit : "tout le monde sera perdant" (patron de la BEI)

Brexit : "tout le monde sera perdant" (patron de la BEI)
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le patron de la banque européenne d'investissement a livré un diagnostique inquiétant concernant les conséquences liées au Brexit.

PUBLICITÉ

Réunis à Davos jusqu'à vendredi, les décideurs de la planète y ont affiché un optimisme certain pour l'année qui commence. Les principaux indicateurs sont au beau fixe, la croissance va progresser. Et cette année l'Europe était clairement de retour. L'effet Macron n'y était pas totalement étranger.

Werner Hoyer, président de la banque européenne d'investissement : "Je dois reconnaître que d'un point de vue européen, c'était le meilleur Davos que nous n'ayons jamais eu depuis au moins dix ans. Depuis ces deux dernières années, l'Europe se cherchait. Nous étions centrés sur nos problèmes internes. D'autres regardaient les Etats-Unis avec désolation ou inquiétude. Cette année la question était : que pourrions-nous faire dans le monde? "

Pour autant, 40% des patrons américains interrogés par PwC se disent extrêmement inquiets concernant notamment les risques géopolitiques (incluant le risques liés au cybertattaques). Quant à l'Europe, c'est le Brexit qui préoccupe. Werner Hoyer :"*Je pense que nous ne devrions pas mettre le Brexit au centre de toutes nos délibérations mais nous devons être très clairs : cela coûtera cher à tout le monde. Et personne ne peut dire qu'il en tirera profit. Tout le monde sera perdant en particulier les Britanniques."

*

Un tiers des patrons américains interrogés par PwC se disent aussi inquiets par le changement climatique après la série d'ouragans dévastateurs qui se sont abattus sur plusieurs régions du monde.Une inquiétude à contre-courant du scepticisme affiché par l'administration de Donald Trump.

Avec Agences

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'UE veut pouvoir "punir" la Grande-Bretagne !

Brexit : pessimisme pour la croissance britannique

Emmanuel Macron se dit "à disposition de l’intersyndicale", mais pas sur la réforme des retraites