EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Commerce : l'UE entre détente et représailles à l'égard de Washington

Commerce : l'UE entre détente et représailles à l'égard de Washington
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'UE étudie des mesures de représailles si les Etats-Unis imposaient des nouvelles taxes sur l'industrie automobile européenne.

PUBLICITÉ

Détendre les relations commerciales entre l'Union européenne et les Etats-Unis. C'est l'objectif de la visite du président de la Commission Jean-Claude Juncker mercredi prochain à Washington. Il sera accompagné de la commissaire au commerce qui a prévenu : des mesures de représailles sont à l'étude.

"S'il y avait une escalade, si les Etats-Unis imposaient ces droits de douane sur les voitures, ce serait très fâcheux mais nous préparons ensemble, avec les Etats membres, une liste de mesures de rééquilibrage, a indiqué Cecila Malmstrom, la commissaire au commerce. Et nous avons indiqué clairement à nos partenaires américains que c'est en préparation et que ce sera fait comme cela a été fait pour l'acier et l'aluminium."

La commissaire se félicite par ailleurs des progrès réalisés avec les pays sud-américains du Mercosur. Même si l'Argentine estime que l'accord n'est pas encore en vue. "C'est une négociation complexe et longue, a prévenu Jorge Faurie, le ministre argentin des affaires étrangères. Ce sera très ambitieux car je vous rappelle que c'est 5 fois l'accord japonais avec l'Union européenne, c'est 7 ou 8 fois l'accord canadien avec l'Union européenne."

En tout cas, le message de l'UE est clair : tandis que Washington agite des menaces de guerre commerciale, l'Europe elle continue de négocier avec ses partenaires.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

The Brief from Brussels : le statut diplomatique de l’UE dégradé par les USA

Le choc des élections françaises entraîne une baisse de l'euro après la victoire de la gauche

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale