EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Le FMI est moins optimiste sur la dette grecque

Le FMI est moins optimiste sur la dette grecque
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Si le Fonds reconnaît qu'elle est viable à moyen terme, il met en garde contre les risques qui pèsent sur le long terme.

PUBLICITÉ

Malgré le retour de la croissance en Grèce, le Fonds Monétaire International (FMI) doute toujours de la viabilité de sa dette sur le long terme, ce qui tranche avec l'optimisme affiché de l'Eurogroupe.

Dans son dernier rapport, le FMI souligne plusieurs risques, parmi lesquels le resserrement des conditions financières, le calendrier politique intérieur et une possible "fatigue des réformes".

Une fois de plus, le Fonds encourage les créanciers à réévaluer les perspectives de la Grèce puis à fournir un allègement supplémentaire de sa dette.

Le FMI met enfin garde l'Union européenne contre ses objectifs jugés trop optimistes de croissance et d'excédent budgétaire pour la Grèce, qui selon lui pourrait menacer la viabilité de la dette sur le long terme.

"Nos équipes soutiennent depuis longtemps que la Grèce peut raisonnablement parvenir à un excédent budgétaire de pas plus de 1,5% du PIB avec une croissance annuelle d'environ 1%. En revanche, les institutions européennes croient que la Grèce est capable d'atteindre et devrait maintenir un excédent budgétaire de 2,2% du PIB tout en soutenant une croissance annuelle de 3 %", déclare le FMI cité par L'Echo.

L'économie grecque est sortie de la récession l'an dernier. Elle devrait croître de 2 % cette année et de 2,4 % en 2019, selon l'institution. Le taux de chômage, devrait nettement reculer de 21,5 % l'année dernière à 18,1 % en 2019.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Dette grecque : Bruxelles plus confiant que le FMI

Achat d'un appartement : où en Europe cela vous coûtera-t-il le plus cher ?

La Banque centrale européenne maintient ses taux d'intérêt pour contrôler l'inflation