Affaire Khashoggi : l'Arabie saoudite fragilisée

Affaire Khashoggi : l'Arabie saoudite fragilisée
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La disparition du journaliste saoudien montre un autre visage du prince héritier Mohamed Ben Salmane. Car celui qui aime se présenter comme un réformateur pro-business mène aussi une répression brutale envers ses opposants.

PUBLICITÉ

L'affaire Khashoggi pourrait coûter cher à l'Arabie saoudite.

Le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, éditorialiste très critique envers Riyad, n'a plus donné signe de vie depuis le 2 octobre. Il est entré dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Il n'en est jamais ressorti.

Face au scandale, le milliardaire britannique Richard Bronson a décidé de geler ses investissements en Arabie saoudite. Le patron de Virgin devait participer à un sommet économique à Riyad à la fin du mois. Il a annulé son voyage.

Le patron d'Uber ne sera pas non plus du voyage. À moins que l'enquête sur le sort du journaliste saoudien ne progresse. Idem pour le PDG de Viacom.

Le sommet saoudien se veut être un « Davos du désert ». Mais la deuxième édition risque d'être un fiasco. De nombreux médias étrangers ont décidé de boycotter l'événement, à l'image du New York Times, de The Economist et du Financial Times.

Pourtant il y a un an le monde des affaires s'enthousiasmait pour les projets pharaoniques de Mohammed Ben Salman. Avec l'affaire Khashoggi, le prince héritier saoudien se montre sous un tout autre visage.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Renault Scenic E-Tech élue "Voiture de l'année" 2024

Qu'est-ce qui a rapporté le plus au cours de la dernière décennie ? : le bitcoin ou une maison à Londres ?

Toyota rappelle 280 000 véhicules aux États-Unis. Qu'en est-il en Europe ?