Taxation des GAFA : la France fera cavalier seul

Taxation des GAFA : la France fera cavalier seul
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Paris accorde un délai supplémentaire de 3 mois à Bruxelles pour étendre cette taxe au niveau européen. Faute de quoi, elle continuera à l’appliquer sur son propre territoire.

PUBLICITÉ

C’est à partir du 1er janvier que Paris commencera à prélever la taxe sur les géants du numérique, sans attendre l’aval de l’Union européenne. Une taxe qui cible en particulier les entreprises qui engrangent des bénéfices sur la vente de produits en ligne ou de données privées, comme Amazon ou Google.

Selon le ministère français de l’Économie, 500 millions d’euros supplémentaires devraient rentrer dans les caisses de l’État en 2019.

Confronté à la crise des gilets jaunes, le gouvernement français a justifié cette initiative, pour financer les mesures sociales annoncées il y a une semaine par Emmanuel Macron. Son coût : entre 8 et 10 milliards d’euros. De quoi faire gonfler son déficit public.

Paris accorde un délai supplémentaire de 3 mois à Bruxelles pour étendre cette taxe au niveau européen. Faute de quoi, elle continuerait à l’appliquer sur son propre territoire.

Divisions sur une taxe GAFA au niveau européen

Le Commission avait proposé une taxation à 3% des revenus des géants d’Internet. Une proposition bloquée par de nombreux États-membres, comme Malte, l’Irlande, ou encore le Danemark et la Suède. Des pays, qui pour certains d’entre eux, offrent déjà une fiscalité avantageuse à ces entreprises.

Ce mardi, le Commissaire aux affaires économiques a rappelé que ce projet de taxe au niveau européen, est toujours en discussion.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Renault Scenic E-Tech élue "Voiture de l'année" 2024

Qu'est-ce qui a rapporté le plus au cours de la dernière décennie ? : le bitcoin ou une maison à Londres ?

Toyota rappelle 280 000 véhicules aux États-Unis. Qu'en est-il en Europe ?