EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

L'OCDE revoit ses prévisions de croissance à la baisse

L'OCDE revoit ses prévisions de croissance à la baisse
Tous droits réservés ERIC PIERMONT / AFP
Tous droits réservés ERIC PIERMONT / AFP
Par Olivier Peguy
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

D'après l'OCDE, l'économie mondiale en 2019 devrait croître de 3,3%, contre 3,5% prévus dans le dernier rapport en novembre. Causes de ce ralentissement : les incertitudes politiques et les tensions commerciales.

PUBLICITÉ

D'après l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), l'économie mondiale en 2019 devrait croître de 3,3%, contre 3,5% prévus dans le dernier rapport en novembre.

En cause : les incertitudes politiques et les tensions commerciales.

Concernant la France, l'OCDE prédit une croissance de 1,3% pour 2019.

Comment expliquer ce coup de frein ? L'OCDE met en avant les incertitudes politiques et les tensions commerciales.

La croissance mondiale ralentit. En Europe, elle ralentit beaucoup plus que prévu et les risques sont nombreux.En Chine, aussi, il y a un tassement de la croissance. Les tensions commerciales se poursuivent, il y a le Brexit, il y a les marchés financiers.
Laurence Boone
cheffe-économiste à l'OCDE

Et la cheffe-économiste de l'OCDE de s'attarder sur la Chine, 6,2% de croissance anticipé pour cette année. C'est moins que prévu, surtout à cause du ralentissement des exportations.

La Chine est le pays qui a le plus soutenu l'activité mondiale ces deux dernières décennies. Toute détérioration en Chine se fera sentir partout dans le monde.
Laurence Boone
cheffe-économiste à l'OCDE

D'après l'OCDE, ce ralentissement de la croissance risque d'avoir un impact sensible sur l'emploi. Les créations d'emplois dans la zone euro pourraient être divisées par 2 dans les deux ans à venir.

- avec agences -

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Entre les tensions commerciales et le Brexit, la croissance mondiale stagne

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale

Pékin critique l'augmentation des droits de douane pour ses véhicules électriques