EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Le secteur de la pêche est durement touché par le coronavirus

Le secteur de la pêche est durement touché par le coronavirus
Tous droits réservés Andrew Medichini/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Tous droits réservés Andrew Medichini/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Euronews
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Alors que le secteur de la pêche paie un lourd tribut du coronavirus, les producteurs d'anchois en conserve voient leur activité progresser.

PUBLICITÉ

La pandémie de coronavirus a gravement fragilisé le secteur européen de la pêche. Les ventes en chute libre et la demande particulière des consommateurs menacent un pan entier de l'économie. Les producteurs de conserve, eux, ont vu leur activité progresser.

Loin de la peur de la pandémie de coronavirus, ces pêcheurs italiens retournent à leur embarcadère près de Rome escortés par des mouettes et des dauphins après une nuit de travail. À l'approche du port, les pêcheurs enfilent leurs masques avant de rejoindre les revendeurs de poisson.

Les volumes de ventes et les prix en baisse

Pasquale Di Bartolomeo, pêcheur, constate une chute de 50% de "tout". "À la fois les ventes et la demande, même nos revenus. Avant on pêchait cinq jours par semaine. Maintenant à cause du virus et à cause de la demande particulière de poisson, nous ne sortons que trois jours par semaine."

Même problème en France, les ventes sont en chute libre. Jean Michel Level, de la coopérative maritime Etaploise déplore "une catastrophe". "Il faut absorber les gens, les payer, il faut absorber tout mais on n'y arrivera pas avec ça", dit-il, pointant du doigt la pêche du jour, dans le port de Boulogne-sur-Mer.

Avant le confinement, cette ville du Pas-de-Calais voyait 60 tonnes de poisson vendues chaque semaine. Désormais, les ventes sont tombées à 15 tonnes et les prix ont baissé de 20%. 5000 emplois sont menacés dans le secteur.

L'anchois, un essor insolent

Mais toutes les entreprises ne sont pas en difficulté. Dans le port de Durres en Albanie, une cinquantaine de femmes s'activent dans la conserverie d'anchois de l'entreprise Nettuno. Son propriétaire Orlando Salvatore a constaté une augmentation de 30% des ventes. "L'anchois a pris encore plus de valeur parce que les personnes en confinement se mettent à préparer la pizza à la maison, ce qui augmente beaucoup les ventes".

Avant la pandémie, l'usine exportait 25 000 kilos d'anchois en conserve chaque mois en Europe, notamment vers l'Italie et l'Espagne. Maintenant, elle vend plus de 34 000 kilos. Le poisson transformé actuellement a été pêché en 2019. La saison de pêche de cette année qui commence en avril est susceptible d'être perturbée par les restrictions sur le coronavirus.

Orlando Salvatore prévoit d'ouvrir une autre usine en Albanie au mois de mai pour doubler sa production. Le pays est le troisième plus grand exportateur d'anchois vers l'UE.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le marché de l'emploi affronte sa plus grave crise "depuis la Seconde Guerre mondiale"

Coronavirus : un aquarium pour se recueillir près d'un défunt

La Commission européenne aux manettes pour coordonner la réponse européenne au coronavirus