France, Allemagne : les plans de relance économique

Industrie automobile en Allemagne - image d'archives
Industrie automobile en Allemagne - image d'archives Tous droits réservés Martin Meissner/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved
Par Olivier Peguy avec AFP, AP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le gouvernement français a présenté son plan de relance pour doper l'économie après la crise sanitaire. L'Allemagne a déjà enclenché son programme de relance. Cela se combine à l'aide promise par Bruxelles.

FRANCE

PUBLICITÉ

Le chef du gouvernement français a présenté ce jeudi à Paris son plan de relance. L'objectif est d'aider l'économie à se redresser après la crise sanitaire liée au coronavirus. Ce plan est d'un montant de 100 milliards d'euros, sur deux ans.

Il comporte des mesures fiscales avec notamment des baisses d'impôts pour les entreprises.

Plusieurs axes sont envisagés : soutenir l'industrie avec des subventions de l'Etat et lutter contre le chômage, notamment chez les jeunes. Le gouvernement ambitionne ainsi la création 160 000 emplois dès 2021.

Les prévisions de croissance pour 2020 ne sont pas bonnes : sur l'année complète on s'attend désormais à une récession de 11%.

ALLEMAGNE

En Allemagne, l'activité donne des signes de redémarrage. Le plan de relance a été présenté dès le mois de juin par la chancelière Angela Merkel. Un programme de soutien à l'activité qui s'élève à 130 milliards d'euros.

La majorité de cette enveloppe est allouée à la relance de la consommation, à travers une baisse de la TVA, et un "chèque spécial relance", envoyé à tous les ménages.

Le plan allemand prévoit aussi une modernisation de l'industrie automobile.

UNION EUROPÉENNE

Un peu partout en Europe, les gouvernements s'emploient à organiser une riposte pour faire face à la crise. Et ils vont être aidés en cela par l'Union européenne. Les dirigeants des 27 pays membres se sont entendus en juillet sur un plan de relance massif.

750 milliards d'euros destinés aux programmes des États membres, sous forme de subventions (390 milliards d'euros) et de prêts à taux réduit (360 milliards d'euros).

Bruxelles pose une condition : un tiers de l'aide versée doit servir à la transition écologique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L’Union européenne à l’affût du marché américain

L’Union européenne déterminée dans sa relance de l’économie

Guerre Israël-Hamas : l'économie israélienne en perte de vitesse