PUBLICITÉ

Élection présidentielle sous tension en Bolivie

Élection présidentielle sous tension en Bolivie
Tous droits réservés Martin Mejia/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Tous droits réservés Martin Mejia/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

7, 3 millions d'électeurs sont appelés aux urnes. Outre le président, les Boliviens doivent élire leur vice-président et renouveler l'ensemble de leur Parlement. Pour la première fois depuis vingt ans, Evo Morales n'est pas candidat. Beaucoup craignent des violences, comme après l'élection de 2019.

PUBLICITÉ

Plus de sept millions de Boliviens sont appelés aux urnes ce dimanche pour élire leur président. Un scrutin qui se tient dans une ambiance tendue, dans un pays très polarisé, près d'un an après la démission de l'ex-chef de l'Etat Evo Morales. Celui-ci était alors accusé de fraude par l'opposition. C'est d'ailleurs la première élection présidentielle depuis vingt ans à laquelle Evo Morales n'est pas candidat. Ce scrutin met aussi fin au gouvernement intérimaire de la conservatrice Jeanine Anez, qui n'est pas candidate.

Parmi les favoris, Luis Arce, 57 ans, le dauphin d'Evo Morales, candidat du Mouvement vers le socialisme. Son principal adversaire est l'ex-président Carlos Mesa, le candidat centriste âgé de 67 ans.

De nombreux Boliviens craignent une répétition des violences survenues à l'issue de l'élection de 2019 qui avaient coûté la vie à 36 personnes. Un dispositif de sécurité exceptionnel a donc été mis en place. Pour éviter au maximum les tensions post-électorales, aucun résultat final ne sera divulgué à la femerture des bureaux de vote. Le Tribunal électoral souhaite se donner du temps. Les Boliviens élisent aussi leur vice-président et renouvellent l'ensemble de leur Parlement.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Pour Volodymyr Zelensky, Poutine est un "prédateur" qui ne se satisfera pas d'un conflit "gelé"

Emmanuel Macron se dit "à disposition de l’intersyndicale", mais pas sur la réforme des retraites

Forum mondial de Davos : la guerre en Ukraine dans tous les esprits