EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Aide humanitaire, financière et militaire : l'UE plus que jamais aux côtés de l'Ukraine

En partenariat avec The European Commission
Aide humanitaire, financière et militaire : l'UE plus que jamais aux côtés de l'Ukraine
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Bryan CarterSasha Vakulina
Publié le Mis à jour
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

À quoi sont affectés les 50 milliards d'euros d'aides européennes à l'Ukraine ? Nous faisons le point sur l'ensemble des mesures engagées, mais aussi sur l'état de l'économie ukrainienne.

Alors que l'Ukraine continue de lutter pour sa liberté, l'économie du pays vacille. L'an dernier, elle a subi sa plus forte récession depuis plus de 30 ans, avec une chute de 30,4% du PIB.

L'Union européenne a fourni une aide financière et militaire à l'Ukraine au cours des 12 derniers mois, voyant dans le pays, un symbole de la solidarité européenne et de la sécurité face à la Russie. Elle a même ouvert la voie à une future adhésion de l'Ukraine à l'UE, après lui avoir accordé le statut de candidat en juin 2022. À Kyiv, le 2 février dernier, accompagnée de quinze Commissaires européens, la présidente de la Commission, Ursula Von der Leyen rappelait ainsi, l'engagement européen. "L'Union européenne est aux côtés de l'Ukraine depuis le premier jour, car nous savons que l'avenir de notre continent s'écrit ici," avait-elle indiqué.

Dans le même temps, l'UE a annoncé le déblocage d'un nouveau programme d'aide de 450 millions d'euros pour 2023, ce qui porte le soutien financier total apporté à l'Ukraine par l'UE, ses États membres et les institutions financières européennes à environ 50 milliards d'euros.

À quoi l'argent sert-il ?

Ce soutien délivré par l'Union européenne à l'Ukraine depuis le début de la guerre prend plusieurs formes et est dépensé dans différents domaines :

  • 630 millions d'euros correspondent à de l'aide humanitaire,
  • environ 12 milliards d'euros, à de l'assistance militaire.
  • près de 8 milliards prennent la forme de subventions, de prêts et de garanties des États membres de l'UE.
  • plus de 30 milliards constituent ce que l'on appelle l'assistance macrofinancière. Une grande partie de cette somme est utilisée pour financer d'importantes dépenses publiques comme le versement des retraites et des salaires, le fonctionnement du système éducatif et la remise en état des infrastructures.

L'Union aide également l'Ukraine face à sa crise énergétique : elle lui fait don de 35 millions d'ampoules LED et de 5 400 générateurs et contribue à la réparation du réseau électrique. À plus long terme, l'objectif est d'aider le pays à reconstruire des infrastructures intégrant les énergies renouvelables.

Le coût de la guerre

La Banque mondiale a estimé le coût du redressement et de la reconstruction pour l'Ukraine à environ 320 milliards d'euros.

La guerre a mobilisé la population active, perturbé les industries et les services, tout en ayant d'importantes répercussions sur les exportations agricoles ukrainiennes dont l'économie nationale dépend fortement.

Mais l'analyste ukrainienne Olena Bilan a constaté une certaine forme de résilience au plan économique au vu des défis que le pays affronte. "Dans les premières semaines de la guerre, la moitié de l'économie ne fonctionnait pas, mais par la suite, nous avons assisté à un rebond assez rapide de l'activité économique," fait remarquer Olena Bilan, cheffe économiste chez Dragon Capital. "Ce rebond a duré jusqu'en octobre, quand la Russie a commencé son attaque terroriste contre l'infrastructure énergétique de l'Ukraine," poursuit-elle.

Euronews
Olena Bilan, cheffe économiste à Dragon Capital (à gauche) avec Sasha Vakulina, EuronewsEuronews

"Mais dans le même temps, les entreprises et les particuliers se sont adaptés à ces nouveaux défis, à la pénurie d'électricité ; nous voyons des entreprises acheter des générateurs, des accumulateurs et des accès à internet via Starlink," indique-t-elle.

En plus de la victoire des Ukrainiens, l'économiste estime que la restauration du réseau énergétique nationale est la principale priorité à court terme, les frappes de missiles russes ayant endommagé au moins 40% des installations énergétiques du pays.

"Cela donne de la clarté à la population ukrainienne"

Pour soutenir les besoins financiers de l'Ukraine, l'UE s'est engagée à prêter 18 milliards d'euros pour la seule année 2023, à des conditions favorables. Les fonds seront versés en plusieurs tranches et liés au respect des termes énoncés dans le protocole d'accord entre Bruxelles et Kiev. Ceux-ci comprennent les réformes en matière d'État de droit, la libéralisation économique et la lutte contre la corruption.

Selon Olena Bilan, "l'Ukraine doit vraiment avancer sur la voie des réformes. Cela ne donnera pas un résultat immédiat, mais il faudrait que les autorités ukrainiennes montrent vraiment leur envie et leur volonté de réduire la corruption," prévient-elle.

L'annonce de ce prêt est en tout cas, un soulagement bienvenu pour la vice-première ministre ukrainienne, Olha Stefanishyna. "Cela donne de la clarté, de la prévisibilité à la population ukrainienne, aux citoyens ukrainiens, et nous pouvons être sûrs que nous serons en mesure d'assurer notre fonction sociale en tant que gouvernement," souligne-t-elle.

"Il ne s'agit pas seulement d'une somme d'argent importante pour l'Ukraine, mais c'est le paquet le plus important qui ait jamais été convenu à ce niveau, je suis convaincue qu'aucun des 27 États membres de l'UE n'aurait dit oui ou donné son feu vert sans avoir eu toute la clarté nécessaire sur l'allocation des ressources et les besoins auxquels elles seront affectées," estime-t-elle.

Alors que le Fonds monétaire international estime que le gouvernement ukrainien est confronté à un déficit de financement de l'ordre de 38 à 39 milliards de dollars, comme le rappelle le Commissaire européen à l'Économie et au Commerce, Valdis Dombrovskis, le programme européen de 18 milliards d'euros en fournit "une part substantielle" selon lui.

Euronews
Valdis Dombrovskis, vice-président de la Commission européenne en charge de l'Économie et du CommerceEuronews

"D'autres donateurs internationaux comme les États-Unis et les autres pays du G7, les institutions financières internationales comme le FMI, la Banque mondiale, devraient fournir le reste," explique-t-il.

Des relations commerciales renforcées entre l'UE et l'Ukraine

L'UE et l'Ukraine ont signé un accord commercial en 2017, mais en juin 2022, la Commission a décidé de libéraliser de manière unilatérale et totale, l'accès aux marchés de l'UE.

"Ainsi, les biens et services ukrainiens peuvent entrer dans l'UE sans droits de douane, ni quotas," explique Valdis Dombrovskis.

"C'est une décision unilatérale qui est en vigueur jusqu'en juin de cette année et nous travaillons actuellement à la prolongation de ces mesures unilatérales," renchérit-il.

Le rôle de la Russie

Lors de sa visite à Kyiv en février, Ursula von der Leyen a adressé un message clair à Moscou. "La Russie doit être tenue responsable devant les tribunaux, de ses crimes odieux," avait-elle indiqué.

La présidente de la Commission européenne a déclaré que les justices ukrainienne et européenne collaboraient déjà pour recueillir des preuves qui seront utilisées dans le cadre de procédures pour crimes de guerre. Elle a également affirmé que l'UE continuerait à accroître la pression sur le Kremlin par le biais de sanctions.

Euronews
La Banque mondiale estime à environ 320 milliards d'euros, le coût de la reconstruction de l'UkraineEuronews

"Il y a ce principe dans le droit international sur la responsabilité de l'agresseur de payer pour les dommages," rappelle Valdis Dombrovskis. "La question est de savoir comment nous pourrons appliquer ce principe et si la Russie sera prête à payer volontairement," indique-t-il.

"Nous examinons les voies possibles pour utiliser les actifs russes confisqués pour la reconstruction de l'Ukraine, il s'agit d'une évaluation juridique qui est toujours en cours et qui concerne à la fois, les actifs privés et les avoirs de la banque centrale de Russie," avertit-il.

Journaliste • Bryan Carter

Video editor • Silvia Lizardo

Sources additionnelles • Production : Louise Lehec ; cameramen : Yves Pottiaux (Bruxelles), Rostislav Basiev, Dmytro Kovalenko (Kyiv) ; fixeur (Kyiv) : Eugene Risunkov ; motion design : NEWIC

Partager cet article

À découvrir également

Les 27 appelés à réduire leur consommation énergétique pour aider l'Ukraine