EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Retards de paiement : les PME victimes de "déséquilibres de pouvoir"

En partenariat avec The European Commission
Retards de paiement : les PME victimes de "déséquilibres de pouvoir"
Tous droits réservés euronews
Tous droits réservés euronews
Par Andrea Bolitho
Publié le
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Face aux retards de paiement, les PME hésitent parfois à réclamer leur dû à des acteurs économiques de poids. Une directive européenne révisée pourrait changer la donne. La secrétaire générale de SMEunited témoigne.

Les retards de paiement font partie des difficultés endurées par les petites entreprises européennes. Bien qu'ils ne soient pas officiellement illégaux, des délais trop importants nuisent aux investissements, à la trésorerie et aux salaires.

Vers une directive européenne révisée

Une directive européenne révisée visera à promouvoir une culture de paiement rapide, notamment en promouvant les outils de paiement numériques modernes et en créant un environnement commercial favorable aux PME, mais aussi en renforçant l'application de la directive de sorte que les paiements rapides deviennent une norme dans tous les secteurs industriels.

Véronique Willems, secrétaire générale de SMEunited, estime nécessaire d'améliorer les choses. "Dans les contrats inter-entreprises, il y a souvent des déséquilibres de pouvoir entre le client et le fournisseur," constate-t-elle.

"Les petites entreprises n'ont pas le pouvoir de discuter avec leur gros client"

"Ainsi, quand une grande entreprise est le client, nous constatons parfois qu'elle est tentée d'accorder des délais de paiement plus longs à ses petits fournisseurs, ce qui leur permet de disposer d'un fonds de roulement un peu plus important, mais cela a un impact négatif sur les petites entreprises qui n'ont pas la force et le pouvoir d'en discuter avec leur gros client," explique-t-elle.

"Souvent, une petite entreprise réalise 50, 60 ou 70% de son chiffre d'affaires avec un gros client et elle n'est pas vraiment encline à lui dire : 'Je veux obtenir un paiement plus rapide', voire aller en justice - ce qui serait encore plus difficile pour elle -," souligne Véronique Willems.

Partager cet article

À découvrir également

La nomination de Markus Pieper au poste d'Envoyé de la Commission pour les PME contestée