EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Les entreprises ukrainiennes défient l'incertitude malgré les menaces qui pèsent sur elles

Un soldat participe à un atelier militaire à Kramatorsk, Ukraine, mercredi 13 septembre 2023.
Un soldat participe à un atelier militaire à Kramatorsk, Ukraine, mercredi 13 septembre 2023. Tous droits réservés Hanna Arhirova/AP
Tous droits réservés Hanna Arhirova/AP
Par AP
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Malgré les ravages de la guerre, les entreprises de Kramatorsk, ville située sur la ligne de front dans la région de Donetsk, en Ukraine, font preuve d'une grande résilience.

PUBLICITÉ

Dans une ville où les bâtiments endommagés sont omniprésents, une pizzeria détruite rappelle douloureusement que des vies et des moyens de subsistance ont été anéantis, en un instant.

Un missile balistique russe a frappé ce restaurant populaire dans l'est de l'Ukraine en juin, tuant 13 personnes, dont un écrivain ukrainien primé et plusieurs adolescents. Sept des victimes faisaient partie du personnel.

Aujourd'hui, des fleurs fraîches et des notes ont été déposées à l'endroit où se trouvait l'entrée. Un tee-shirt, qui fait partie de l'uniforme des serveurs, est accroché près du mémorial improvisé et porte l'inscription "Nous n'oublierons jamais".

"En tant qu'entrepreneur, je regrette bien sûr la perte de biens, mais il y a quelque chose qui ne peut pas être rendu : les vies humaines", confie Dmytro Ihnatenko, le propriétaire de RIA Pizza.

Une femme regarde les débris du bâtiment détruit alors qu'elle passe devant l'un des restaurants populaires de la ville, RIA Pizza, à Kramatorsk, Ukraine, le 13/09/23
Une femme regarde les débris du bâtiment détruit alors qu'elle passe devant l'un des restaurants populaires de la ville, RIA Pizza, à Kramatorsk, Ukraine, le 13/09/23Hanna Arhirova/AP

Le bâtiment bombardé de Kramatorsk souligne les risques considérables encourus par les entreprises dans cette ville de la région de Donetsk, située en première ligne. Mais cela n'a pas découragé de nombreux autres propriétaires d'entreprises qui ont rouvert leurs portes aux clients, au cours de l'année écoulée.

Le conseil municipal estime que 50 restaurants et 228 magasins sont désormais ouverts à Kramatorsk, soit trois fois plus qu'à la même période l'année dernière. Il s'agirait pour la plupart d'entreprises existantes qui avaient fermé au début de la guerre et qui ont rouvert leurs portes.

"Nous comprenons qu'il s'agit d'un risque, et nous le prenons parce qu'il s'agit de notre vie", déclare Olena Ziabina, administratrice en chef du restaurant, "White Burger", à Kramatorsk. "Où que nous soyons, nous devons travailler. Nous travaillons ici. C'est notre choix".

Un mémorial improvisé où les forces russes ont frappé un restaurant avec un missile Iskander, tuant 13 personnes à Kramatorsk, Ukraine, mercredi 13 septembre 2023
Un mémorial improvisé où les forces russes ont frappé un restaurant avec un missile Iskander, tuant 13 personnes à Kramatorsk, Ukraine, mercredi 13 septembre 2023Hanna Arhirova/AP

Avant la guerre, la chaîne, "White Burger" opérait principalement dans les régions de Donetsk et de Louhansk. Mais après l'invasion de l'Ukraine par la Russie en février 2022, elle n'a pu rouvrir qu'à Kramatorsk. Elle a lancé deux nouveaux restaurants dans la capitale, Kiev, et à Dnipro, pour maintenir la chaîne en vie.

Le restaurant de Kramatorsk est le plus performant de la chaîne en termes de rentabilité, même si les prix sont inférieurs de 20 % à ceux du restaurant de la capitale.

Après l'attentat contre le RIA Pizza, les exploitants de White Burger n'ont pas envisagé de fermer le restaurant de Kramatorsk, indique Olena Ziabina. "J'ai beaucoup pleuré", confie-t-elle, en se rappelant le jour où elle a appris l'attentat.

L'économie de Kramatorsk s'est adaptée à la guerre. La ville abrite le quartier général régional de l'armée ukrainienne et de nombreux cafés et restaurants sont fréquentés principalement par des soldats, des journalistes et des travailleurs humanitaires.

Les femmes ukrainiennes s'y rendent souvent pour retrouver leur mari ou leur petit ami, pendant quelques jours.

Des soldats ukrainiens mangent dans un restaurant, à Kramatorsk, Ukraine, mercredi 13 septembre 2023
Des soldats ukrainiens mangent dans un restaurant, à Kramatorsk, Ukraine, mercredi 13 septembre 2023Hanna Arhirova/AP

Les soldats plaisantent en disant que Kramatorsk est leur Las Vegas, offrant tout le "luxe" dont ils ont besoin, comme de la bonne nourriture ou du café. Mais les restaurants ne proposent que de la bière sans alcool, en raison de la proximité du champ de bataille.

Les rues de la ville sont pratiquement vides, à l'exception des voitures militaires. Les habitants qui sont restés évitent les grands rassemblements et les endroits bondés.

Néanmoins, la situation est bien différente de celle des premiers jours de la guerre, lorsque les magasins, les restaurants et les cafés de Kramatorsk étaient fermés. Des dizaines de milliers de personnes se sont retrouvées sans emploi et les usines ont été fermées.

"Probablement, grâce à l'armée, nous pouvons encore revenir dans cette ville", confesse Oleksandr, qui a demandé à n'être identifié que par son prénom pour des raisons de sécurité.

Il est cofondateur de l'un des nombreux magasins militaires de Kramatorsk au service des soldats. Oleksandr explique qu'il ne majore les prix que de 1 hryvnia (3 centimes d'euro) par rapport au prix du fabricant. Selon lui, l'objectif n'est pas de gagner de l'argent, mais de fournir à l'armée l'équipement nécessaire.

Les nouvelles opportunités entraînent des risques considérables

De nombreux habitants se réjouissent des nouvelles possibilités d'emploi offertes par la réouverture des magasins et des restaurants.

PUBLICITÉ

Mais les personnes âgées ont moins d'options, comme l'explique Tetiana Podosionova, 54 ans. Elle a travaillé à l'usine de construction de machines de Kramatorsk pendant 32 ans, mais l'usine a fermé en raison des risques liés à la sécurité lorsque la guerre a commencé.

"J'espérais travailler à l'usine jusqu'à ma retraite", explique Tetiana Podosionova. Aujourd'hui, la plupart des emplois se trouvent dans des restaurants et des magasins, où elle n'a aucune expérience.

Finalement, elle a trouvé un emploi à l'Amazing Fish Aquarium, qui a repris ses activités quelques mois après le début de la guerre. L'aquarium possède des centaines de poissons exotiques et des dizaines de perroquets. Il reste ouvert pour divertir les habitants, souvent stressés par les frappes de missiles.

Ihnatenko se tient à côté d'un large trou laissé par un missile Iskander que les forces russes ont utilisé pour frapper un restaurant en juin, tuant 13 personnes, à Kramatorsk
Ihnatenko se tient à côté d'un large trou laissé par un missile Iskander que les forces russes ont utilisé pour frapper un restaurant en juin, tuant 13 personnes, à KramatorskHanna Arhirova/AP

Mais toute reprise d'activité comporte des risques. Ihnatenko, le propriétaire de la pizzeria, se rend encore chaque jour dans son restaurant détruit lorsqu'il est à Kramatorsk. Il ne sait pas pourquoi. Il a l'air fatigué. Sa voix ne dépasse guère le murmure.

Comme de nombreux chefs d'entreprise, il a vu dans la contre-offensive réussie de l'Ukraine, dans la région voisine de Kharkiv l'année dernière, le signe d'un retour à la vie à Kramatorsk.

PUBLICITÉ

"Cela semblait plus sûr ici", souligne-t-il, debout dans les décombres de son restaurant.

Il n'a pas l'intention de reconstruire et de rouvrir à nouveau.

Son expérience tragique montre les difficultés auxquelles sont confrontés les propriétaires d'entreprises pour garder leurs portes ouvertes.

"Un missile peut arriver à tout moment", confie-t-il.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Après 18 mois de guerre en Ukraine, des familles de soldats réclament leur démobilisation

Zelensky prévient, cet hiver, l'Ukraine va riposter

Intensification des combats dans la région de Kherson