EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'OTAN va investir un milliard d'euros dans les technologies de défense innovantes

Un homme marche dans le hall du siège de l'OTAN, mercredi 16 novembre 2022 à Bruxelles.
Un homme marche dans le hall du siège de l'OTAN, mercredi 16 novembre 2022 à Bruxelles. Tous droits réservés Olivier Matthys/Copyright 2022 The AP.
Tous droits réservés Olivier Matthys/Copyright 2022 The AP.
Par Pascale Davies
Publié le Mis à jour
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) a annoncé qu'elle investirait dans quatre entreprises technologiques européennes.

PUBLICITÉ

L'investissement dans les technologies de défense européennes s'intensifie.

Ce mardi, l'OTAN a confirmé son intention de réaliser ses premiers investissements dans les technologies de pointe, dans le cadre d'un fonds d'un milliard d'euros visant à relever les défis actuels en matière de défense, de sécurité et de résilience.

L'Organisation avait annoncé la création de ce fonds en 2022, à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Le Fonds d'innovation de l'OTAN met en relation des acheteurs de technologies gouvernementaux avec des start-ups pour développer des technologies de défense.

Les premières entreprises à bénéficier de ces fonds sont européennes, dont l'entreprise allemande ARX Robotics, qui conçoit des drones sans pilote, ainsi que trois jeunes pousses britanniques.

L'entreprise londonienne Fractile, spécialisée dans la fabrication de puces électroniques, a également reçu des fonds, de même que la société iComat, basée à Bristol, tout comme la start-up galloise Space Forge, qui fabrique des matériaux innovants dans l'aérospatial.

L'organisation a également investi dans quatre fonds de capital-risque axés sur les technologies : Join Capital, Vsquared Ventures, OTB Ventures et Alpine Space Ventures. Contrairement à la plupart des fonds de capital-risque, qui investissent sur 10 ans, le fonds de l'OTAN investira sur 15 ans.

L'OTAN a indiqué qu'elle effectuerait également des investissements pour stimuler les centres de deep tech, dans les régions où les capitaux pour les jeunes entreprises sont très demandés, afin de promouvoir la souveraineté technologique de l'organisation.

"Grâce à ces investissements, le Fonds commence à faire une différence tangible dans nos écosystèmes d'innovation, en offrant des opportunités de croissance aux entreprises les plus prometteuses dans le domaine de la défense qui développent des solutions pour maintenir l'avantage technologique de l'Alliance", a déclaré David van Weel, secrétaire général adjoint pour l'innovation, l'hybride et la cybernétique, dans un communiqué.

M. van Weel a déclaré à Euronews Next en 2022 que le principal défi de l'OTAN était de combler le déficit de communication des innovateurs, car les militaires ne sont pas toujours au courant des dernières technologies de défense, et inversement, de nombreux innovateurs ignorent les besoins des militaires.

L'autre problème réside dans le fait que "les organisations de défense et les gouvernements, en général, ne sont pas réputés pour la rapidité de leurs processus d'acquisition", a-t-il déclaré.

"Notre défi consiste à nous assurer que nous disposons d'un moyen efficace et souple de communiquer avec les innovateurs et d'introduire de nouvelles technologies à une vitesse pertinente", a-t-il ajouté.

Le fonds vise à faire progresser l'innovation dans les domaines des nouveaux matériaux et de la fabrication, de l'intelligence artificielle (IA) et de la robotique.

Le Fonds d'innovation de l'OTAN est soutenu par 24 des 32 États membres de l'OTAN, les États-Unis, le Canada et la France n'ayant pas accepté de participer à cette initiative.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le boom de l'IA fait de Nvidia la première capitalisation boursière mondiale

La Chine pourrait être sanctionnée pour avoir aidé l’invasion russe en Ukraine (OTAN)

L'interconnexion des logiciels nous rend "plus vulnérables", selon un expert