This content is not available in your region

À la découverte des sonorités uniques du mugham azerbaïdjanais

euronews_icons_loading
Cult
Cult   -   Tous droits réservés  euronews
Par euronews

Aucun autre genre musical ne fait autant vibrer la corde sensible des Azerbaïdjanais que le mugham. Cette tradition centenaire s'appuie sur le folklore et les histoires transmises oralement de génération en génération. Ce qui lui donne un son mélancolique unique.

"Chaque mot vient du cœur"

Nous rencontrons Namiq Aslanov, chanteur de mugham. "J'étudie la musique depuis l'âge de 5 ans," confie-t-il. "Quand je chante du mugham, chaque mot vient du cœur," assure-t-il.

"Le mugham, c'est toujours une improvisation, on ne le joue pas en suivant une partition ; donc cette musique, c'est ce que l'on a en nous," affirme-t-il.

Aux côtés du kamancha et du daf, le tar qui est un luth à long manche est l'un des trois instruments principaux utilisés dans le mugham.

euronews
Le mugham, tradition centenaire, se transmet oralement depuis des générationseuronews

Artisanat traditionnel

Nous nous rendons chez un artisan pour connaître sa technique de fabrication. Le corps de l'instrument est fabriqué à partir d'une pièce de bois massif. Il est élaboré de la même manière depuis des générations.

"Je représente la troisième génération de créateurs d'instruments : mon père m'a appris cet artisanat," nous confie Zahid Valadov, fabricant de tars. "La caisse est faite en bois de mûrier," poursuit-il. "Les meilleurs arbres sont ceux coupés en janvier et février : ils sont plus faciles à travailler parce qu'ils sont secs et ne se cassent pas facilement," indique-t-il. "Cette partie est recouverte d'une membrane de péricarde de bœuf," précise-t-il en désignant les ouvertures de la caisse.

euronews
Le corps du tar est fabriqué à partir d'une pièce de bois de mûriereuronews

Patrimoine immatériel de l'humanité

Le tar est une véritable œuvre d'art. Il est si intrinsèquement lié à la culture azerbaïdjanaise qu'il figure sur les pièces et billets nationaux.

En 2003, l'UNESCO a inscrit le mugham azerbaïdjanais au patrimoine culturel immatériel de l'humanité pour s'assurer que cet art fascinant continue d'inspirer longtemps musiciens et amateurs de musique dans le monde entier.