This content is not available in your region

Tachkent redonne vie à son Festival international du Film

euronews_icons_loading
Cult
Cult   -   Tous droits réservés  euronews
Par euronews

Après vingt-quatre ans d'interruption, le Festival international du Film de Tachkent a fait son retour en accueillant une ribambelle de célébrités internationales sur son tapis rouge dont Gérard Depardieu et Luc Besson, mais aussi de jeunes réalisateurs dans le cadre d'une compétition internationale.

"Le cinéma en Ouzbékistan a 100 ans, donc il était temps de laisser la place aux jeunes," a lancé Luc Besson lors de la cérémonie de clôture.

"On a essayé des choses"

Tous les court-métrages en compétition pour le Grand Prix ont été tournés en Ouzbékistan en à peine cinq jours. "On the Silk Road" de Sherzod Nazarov a été désigné vainqueur. Il se réfère à l'ancienne Route de la Soie qui a donné son nom au festival lui-même intitulé : "La Perle de la Route de la Soie."

"C'était important pour nous de participer à ce festival du film pour découvrir le travail de nos collègues de pays comme le Kirghizstan, le Tadjikistan ou encore l'Espagne," a indiqué Sherzod Nazarov. "On est tous devenus amis et c'est ce qu'il y a de plus important, je trouve !" a-t-il affirmé.

euronews
"On the Silk Road“ réalisé par Sherzod Nazaroveuronews

Madina Makhmudova a de son côté, remporté le Prix du meilleur rôle féminin pour sa prestation dans le film "L'Objectif" d'un autre réalisateur ouzbèk Saidalokhan Masudkhanov, lui-même lauréat d'un Prix spécial du jury.

Dans ce film, "on suit le personnage principal dans le viseur d'un appareil photo," nous a précisé son réalisateur. "C'est un film sur l'amour, on a essayé des choses et je pense qu'on a réussi," a-t-il indiqué.

euronews
Madina Makhmudova dans "L'Objectif", prix du meilleur rôle féminineuronews

Hub régional pour le cinéma

L'expérimentation créatrice, c'est justement le maître-mot du festival. L'événement ambitionne de devenir un hub régional qui alimente l'innovation dans le secteur du cinéma à travers l'Asie centrale. Lors de cette édition, il a accueilli quelque 350 réalisateurs originaires de plus de 40 pays.

"Notre objectif," nous a précisé Firdavs Abduxoliqov, président du Festival, "c'est de soutenir les efforts des professionnels du cinéma dans le monde entier, de créer une plateforme solide pour discuter d'idées brillantes en favorisant les échanges sur les différents projets en marge de notre festival du film. Et évidemment, ces projets donneront un nouvel élan au développement du secteur ouzbèk du cinéma," a-t-il insisté.

euronews
Luc Besson lors d'une master class au Festival du Film de Tachkenteuronews

Un rendez-vous historique de réalisateurs novateurs

Cet état d'esprit trouve son origine dans l'histoire du Festival international du Film de Tachkent. L'événement créé en 1968 était un rendez-vous important pour les réalisateurs novateurs originaires d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine jusqu'à ce qu'il ne s'interrompe en 1997. Ce n'est que cette année que le Festival a pu renaître sur décision du président ouzbèk.

Pendant une semaine, les jeunes professionnels du cinéma ont eu l'occasion de participer à des ateliers et master classes. "Les jeunes réalisateurs peuvent acquérir de nombreuses connaissances pratiques ici : comment démarrer leurs premières œuvres, quelles sont les innovations qui émergent dans ce secteur, comment fonctionne l'industrie du cinéma à l'ère des plateformes en ligne et du développement d'Internet," a énuméré la directrice de création Anna Gudkova. "Tous les événements sont extrêmement instructifs et utiles et surtout, ils donnent l'occasion aux réalisateurs de se rencontrer et de communiquer entre eux : ce qui est fondamental pour cette profession," a-t-elle estimé.

Ce Festival international du Film de Tachkent est revenu à la vie pour s'inscrire dans le temps. Il se tiendra de nouveau l'an prochain.