EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Un film iranien sur le port du voile nommé aux Oscars

Capture d'écran de Nawelle Eveillard-Ayad dans "The Red Suitcase"
Capture d'écran de Nawelle Eveillard-Ayad dans "The Red Suitcase" Tous droits réservés Cynefilms
Tous droits réservés Cynefilms
Par Frédéric Ponsard
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

"The Red Suitcase" vient d'être nominé aux Oscars dans la catégorie du Meilleur court métrage. Produit au Luxembourg par un cinéaste né en Iran, le film sera vu dans le monde entier.

PUBLICITÉ

"The Red Suitcase" vient d'être nominé pour l'Oscar du meilleur Court Métrage.

Les courts métrages nominés pour un Oscar n'attirent souvent pas l'attention du grand public. Mais lorsqu'il s'agit d'une fille iranienne cherchant à se libérer de la domination masculine en retirant son voile, l'intérêt est certain de monter en flèche.

C'est le postulat de "La Valise rouge", traduction littérale, un film de 17 minutes qui, lors de la cérémonie des Oscars à Los Angeles le 12 mars, mettra en lumière les protestations qui étreignent l'Iran depuis septembre dernier.

Situé à l'aéroport de Luxembourg, il raconte l'histoire d'une jeune Iranienne de 16 ans fraîchement arrivée de Téhéran qui, avec inquiétude, ôte son voile pour échapper à un sort malheureux dicté par des hommes - ceux d'Iran, et un homme qui attend qu'elle apparaisse.

Pour le réalisateur Cyrus Neshvad, né en Iran mais de nationalité luxembourgeoise, la nomination aux Oscars est l'occasion de mettre en lumière ce que le "virus" du régime islamique fait subir au "beau corps" de son pays natal.

"L'Iran est un corps magnifique, qui est infecté par un virus". Oui. Et le virus est en train de manger ce corps. Une fois que nous aurons éliminé ce virus, le corps sera à nouveau florissant."
Cyrus Neshvad
Réalisateur de "The Red Suitcase" ("La valise rouge")

Les manifestations en Iran ont été déclenchées par la mort en détention le 16 septembre d'une jeune Iranienne, Mahsa Amini, qui a été arrêtée pour avoir porté incorrectement le foulard imposé par les dirigeants religieux du pays.

Depuis lors, ils se sont propagés, pour devenir l'un des défis populaires les plus sérieux lancés aux théocrates islamiques radicaux qui ont pris le pouvoir en 1979.

Le régime a réagi en réprimant les manifestants, avec des arrestations et des exécutions, mais aussi en se retournant contre ceux qui expriment leur soutien, parmi les sportifs et cinéastes du pays.

'Enlève ton hijab'

Pour Neshvad, "The Red Suitcase" n'est pas né du soulèvement actuel en Iran - il a été filmé un an avant qu'il ne commence.

Mais cela a ses racines dans les injustices subies par sa famille – de la religion bahaïe, systématiquement persécutée en Iran – ainsi que celles subies depuis longtemps par les filles et les femmes iraniennes avant que la mort d'Amini ne les attire à l'attention du monde entier.

"Pour moi, c'était (le film) l'histoire d'une femme, ce sont les femmes en Iran qui sont sous la domination de l'homme", a déclaré le réalisateur, âgé d'une quarantaine d'années.

En Iran, "si une femme veut faire quelque chose, ou aller visiter quelque chose, l'homme (son père ou son mari) doit donner son consentement et écrire le papier et le signer", a-t-il dit.

Pour la fille de son film, retirer son voile, c'était un moment de "courage" - pour elle de se rebeller contre un chemin qui lui était imposé, mais aussi d'inspirer ceux qui la regardaient.

"Ce sera un message : 'Suivez-moi -- comme moi, enlevez votre hijab, n'acceptez pas cette domination, et soyons libres, ayez au moins le libre arbitre de décider'", a déclaré Neshvad.

Son actrice, Nawelle Evad, 22 ans, n'est pas iranienne et a utilisé un coach de dialogue pour livrer les quelques lignes en farsi requises.

PUBLICITÉ

Mais en tant que franco-algérienne, la question des femmes et des foulards islamiques - et le débat en Occident autour d'eux - lui était familière.

"Pour moi, ça parle de toutes les femmes. Comment est-ce qu'on on renonce à l'asservissement pour ses propres choix? C'est se choisir soi. Et qu'est-ce que je choisis pour moi? Est-ce que j'écoute ma famille? Est-ce que je fais mes propres choix? Et ça, je pense que c'est commun à toutes les cultures."
Nawelle Eveillard-Ayad
Actrice

Dans le film cependant, en enlevant le foulard, son personnage finit par "se choisir".

Le partenaire scénariste français de Neshvad, Guillaume Levil, a également suggéré des publicités d'aéroport sexualisées dans le film qui soulignent que l'Occident aussi peut être critiqué pour exploiter les femmes et leur image publique.

L'image finale du film, une publicité montrant un mannequin blond aux cheveux bouclés abondants, était emblématique des deux diktats sociaux, a déclaré le réalisateur.

PUBLICITÉ

"Plus nous nous rapprochons avec la caméra sur son visage, plus lentement nous voyons qu'elle n'est pas heureuse, et quand nous sommes très, très proches, nous voyons qu'elle a même peur", a-t-il déclaré.

"Et avec ça, je voulais terminer le film. Donc avoir les deux côtés, pas seulement un côté, mais les deux côtés."

La nomination aux Oscars est en tout cas une formidable chambre d'écho pour le film, le droit des femmes, leur liberté comme leur libre-arbitre.

La cérémonie des Oscars aura lieu le 12 mars à Los Angeles.

PUBLICITÉ

Video editor • Frédéric Ponsard

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le cinéaste iranien Jafar Panahi libéré sous caution après sept mois de prison

Le district culturel transforme l'espace artistique d'Abu Dhabi

Les Voix de la promotion—Le district culturel de Saadiyat à Abu Dhabi promeut la créativité mondiale