EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Comment le 11 septembre a changé les films, la musique et les livres en 20 ans

L'affiche du film "World Trade Center" d'Oliver Stone
L'affiche du film "World Trade Center" d'Oliver Stone Tous droits réservés Paramount Pictures
Tous droits réservés Paramount Pictures
Par Jonny Walfisz
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

11 septembre 2001 : les attentats choquent le monde entier.

PUBLICITÉ

En ce jour de 2001, quatre avions de ligne ont été détournés par des terroristes d'Al-Qaïda. Deux d'entre eux se sont écrasés sur les tours jumelles du World Trade Center, à New York. Un autre s'est écrasé sur le Pentagone, tandis que le dernier avion s'est écrasé dans un champ, à la suite d'une révolte des passagers. 2 977 civils ont été tués dans les attentats, ainsi que les 19 terroristes impliqués.

Les attentats, planifiés par Oussama ben Laden, ont déclenché la guerre contre le terrorisme qui a duré deux décennies, et qui a inclus l'invasion de l'Irak et de l'Afghanistan par les États-Unis. On estime que la guerre contre le terrorisme a fait jusqu'à 4,6 millions de victimes.

Sur le plan culturel, le 11 septembre a également eu un impact considérable sur les arts. Après les années 90, relativement paisibles sur le plan mondial, le 11 septembre a fait naître une atmosphère d'anxiété aux États-Unis. Le terrorisme est devenu une crainte commune, tandis que de nombreux musulmans des pays occidentaux ont connu des décennies d'islamophobie accrue.

Beaucoup d'œuvres d'art ont été touchées immédiatement après les attentats. De nombreux projets ont été reportés, qui comportaient des références visuelles aux tours détruites ou des scènes d'actes terroristes dans des avions ou à New York.

Un exemple célèbre est celui du film d'animation de Disney, "Lilo & Stitch". À l'origine, le film comportait une scène dans laquelle de nombreux personnages détournaient un Boeing 747 et le faisaient voler dans le centre-ville d'Honolulu. La scène a été modifiée pour remplacer l'avion par un vaisseau spatial extraterrestre.

Les 53e Primetime Emmy Awards ont été reportés du 16 septembre au 6 octobre, avant d'être à nouveau reportés au 4 novembre, lorsque les États-Unis ont commencé à bombarder l'Afghanistan.

Les bandes-annonces et les affiches du prochain film de Spider-Man ont été amputées des images des tours jumelles, tandis que le film de Martin Scorsese, "Gangs of New York", a été retardé d'une année entière pour sortir finalement en décembre 2002.

Dans le domaine de la musique, le premier album "Is This It" des légendes de l'indie-rock The Strokes, qui avait fait l'objet d'une énorme publicité, a vu sa sortie aux États-Unis retardée, la chanson "New York City Cops" étant remplacée par la face B "When It Started", par crainte que le public américain n'apprécie pas les paroles critiquant la police de la ville.

Il existe de nombreux autres exemples de changements similaires. Mais l'impact du 11 septembre s'est poursuivi tout au long des années 2000 et au-delà. Les romanciers se sont penchés sur la manière dont les attentats ont modifié l'humeur nationale, du roman "Falling Man" (2007) du champion de la postmodernité Don DeLillo au premier roman précoce de Jonathan Safran Froer, "Extremely Loud & Incredibly Close" (2005)

Au cinéma, le film catastrophe, "World Trade Center", réalisé par Oliver Stone en 2006, mettait en scène Nicolas Cage et était aussi prévisible et manipulateur qu'on pouvait l'imaginer. Le film "United 93" de Paul Greengrass, qui se concentre sur la révolte des passagers du quatrième avion et a été réalisé avec la coopération des familles des passagers, constitue une meilleure tentative pour trouver l'humanité dans l'événement.

L'anxiété et le patriotisme violent qui ont suivi les attentats aux États-Unis sont bien retranscrits - que ce soit voulu ou non - dans le film "American Sniper" , de Clint Eastwood, sorti en 2014. Le biopic de Clint Eastwood sur la vie de Chris Kyle, le tireur d'élite le plus meurtrier de l'histoire de l'armée américaine, fait la part belle à la métaphore des musulmans sans visage, assassinés à l'écran. C'est un thème qui est quelque peu satirisé dans "The Hurt Locker", le film de Katheryn Bigelow, qui a remporté un Oscar.

Le meilleur film pour saisir le changement d'atmosphère créé par le 11 septembre n'est peut-être pas américain. "Four Lions", réalisé en 2010 par le comédien britannique Chris Morris, met en scène un groupe de terroristes en herbe ineptes qui préparent un attentat contre le marathon de Londres. Ce film, qui a permis à Riz Ahmed de tenir un premier rôle, rend parfaitement compte de la folie de l'extrémisme et de l'atmosphère islamophobe qui régnait au Royaume-Uni.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Les influenceurs BookTok : révolution de la lecture ou "fin du monde" imminente ?

La géopolitique s'invite à la foire du livre de Francfort

Commémorations du 11/09 : Joe Biden continue d'appeler les Américains à l'unité