L'humoriste ukrainien Dima Watermelon explique pourquoi l'humour doit aborder la guerre

Dima Watermelon dans une salle de comédie à Berlin, en Allemagne.
Dima Watermelon dans une salle de comédie à Berlin, en Allemagne. Tous droits réservés Donogh McCabe and Olivia Stroud
Par Donogh McCabeOlivia Stroud
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

L'humoriste ukrainien Dima Watermelon ne demanderait rien de plus que de pouvoir arrêter de faire des blagues sur Vladimir Poutine. Mais tant que la guerre en Ukraine se poursuit, il estime qu'il se doit d'aborder le sujet.

PUBLICITÉ

Certains pensent que l'humour est toujours utile, mais le 24 février 2022, lorsque l'invasion russe de l'Ukraine a commencé, les Ukrainiens n'avaient pas l'esprit à plaisanter. L'humoriste ukrainien Dima Watermelon déclare : "Je pense que les Ukrainiens n'oublieront jamais l'endroit où ils se trouvaient. C'est comme demander aux Américains leurs souvenirs du 11 septembre".

Sauf que pour les Ukrainiens, c'est leur existence même en tant qu'État souverain qui s'est soudain trouvée menacée. À Munich ce jour-là, Dima s'apprêtait à s'envoler pour l'Afrique du Sud, d'où sa femme est originaire. Il vivait alors à Berlin depuis plusieurs années, après avoir quitté la Finlande dans le cadre de ses études.

Comment passe-t-on de l'informatique à la comédie ?

Après avoir terminé ses études à Berlin et trouvé du travail dans l'informatique, Dima Watermelon a commencé à faire des spectacles de stand-up. C'est à ce moment-là qu'il est devenu un humoriste à plein temps et un habitué de la vibrante scène berlinoise du stand-up. "Watermelon" est la traduction anglaise de son nom de famille ukrainien, Kabyh. Nous avons rencontré Dima avant un spectacle dans une salle de comédie bien connue de Neukölln, dans l'ouest de Berlin.

Plaisanter sur la guerre, c'est aborder une question inévitable

À l'origine, les blagues politiques n'étaient pas vraiment le truc de Dima. Mais les circonstances, même dans le monde du rire, vous obligent à vous adapter.

"Je n'ai jamais voulu être un humoriste politique. Mais à cause de la guerre, je dois en parler, le sujet est impossible à ignorer. Alors bien sûr, j'ai fini par écrire plus de blagues sur la guerre, sur la Russie et sur Vladimir Poutine. L'humour est important parce que c'est une chose que les gens auront toujours. Vous savez, on peut rire et on se sent mieux quand on rit".

Et certaines de ses blagues ont mieux vieilli qu'il ne l'aurait espéré. Lorsqu'il a débuté comme humoriste en 2018, il plaisantait en disant que si quelqu'un lui demandait sa nationalité, il devait d'abord vérifier les informations officielles:

Pendant son spectacle, un membre du public lui demande pourquoi il est ici et pas là-bas (en Ukraine). Dima demande alors au spectateur un tête-à-tête après le spectacle pour parler plus en détail de cette question.

Nous avons posé une question similaire à Dima avant le début de son spectacle humoristique "Culturally Inappropriate aka Ukrainian Dream". Dima pense que c'est une question difficile, mais il dit que s'il était conscrit et qu'il n'y avait pas d'autre option, oui, bien sûr, il irait. Mais il n'est pas sûr de ce qu'il aurait vraiment à offrir. Il pense que certains groupes de personnes ne sont pas vraiment faits pour l'armée et que les artistes font partie de cette catégorie, mais il a reçu une formation militaire de base en tant qu'opérateur radio pour les systèmes d'espace aérien.

Dima Watermelon est originaire d'Irpin, aujourd'hui tristement connue en raison de la guerre

L'humoriste joue la comédie dans une langue étrangère, l'anglais. Il n'a jamais vraiment fait de stand-up dans sa langue maternelle. Bien qu'il ait été élevé en Ukraine dans les deux langues (sa mère parlait ukrainien et son père russe), il a toujours parlé ukrainien.

Dima vient de la banlieue est de Kiyv, de la ville d'Irpin, connue aujourd'hui comme l'un des lieux où l'avancée russe a été stoppée dans les premiers mois de la guerre. Dima n'avait même pas l'habitude de dire aux gens qu'il venait d'Irpin, parce que personne ne connaissait, il se contentait de dire Kiyv. Aujourd'hui, la ville figure sur la carte, comme tant d'autres lieux en Ukraine que personne ne connaissait vraiment avant la guerre. Dima n'est pas retourné à Irpin depuis le début de la guerre.

Un habitant est assis devant une maison détruite par les bombardements à Irpin, dans la banlieue de Kiyv, en Ukraine, le mardi 24 mai 2022.
Un habitant est assis devant une maison détruite par les bombardements à Irpin, dans la banlieue de Kiyv, en Ukraine, le mardi 24 mai 2022.Vadim Ghirda/AP
Même si j'aimerais y retourner, je ne veux pas le voir de mes propres yeux. Vous comprenez, parce que c'est comme si la moitié de ma ville natale avait été détruite. J'ai grandi à Irpin et à Bucha et après avoir vu des images de Bucha, je n'ai pas pu dormir pendant 48 heures...
Dima Watermelon
Humoriste

"Cela m'a vraiment brisé le cœur, j'aimerais garder ces endroits agréables en mémoire. Je ne sais pas quelle est la bonne chose à faire".

"Prendre la guerre au sérieux et fournir plus d'armes à l'Ukraine"

Une chose dont Dima est sûr, c'est que les Occidentaux et les Européens de l'Ouest ne prennent pas la situation suffisamment au sérieux.

"Je viens d'écouter Vladimir Poutine et la Russie. Ils ne jouent pas, ils sont sérieux. Et cette idée qu'ils vont s'arrêter en Ukraine, qu'ils vont prendre la Crimée et le Donbass et qu'ils vont s'arrêter, ce n'est pas vrai. La Russie essaie depuis 20 ans de restaurer l'Empire russe, comme au temps de l'ancienne Union soviétique".

Selon Dima, l'Occident doit s'impliquer davantage et prendre conscience de la gravité de la situation : "J'espère que le monde occidental prendra cette guerre plus au sérieux et qu'il fournira à l'Ukraine davantage d'armes et pas seulement des restes".

La communauté ukrainienne est plus soudée que jamais

Dima est très pessimiste quant à l'avenir de l'Ukraine et de l'Europe. Il pense que les choses ne peuvent qu'empirer. Il espère que lui, sa famille et ses amis survivront à ce cauchemar.

"Une chose a changé : les Ukrainiens sont devenus beaucoup plus proches les uns des autres en tant que nation".

D'autres changements importants ont également eu lieu dans sa vie. La mère de Dima, par exemple, est arrivée à Berlin en tant que réfugiée. Eux aussi sont devenus beaucoup plus proches qu'ils ne l'étaient avant l'invasion.

Selon Dima, le stéréotype selon lequel les gens veulent venir en Allemagne pour des raisons financières n'est pas vrai. Les gens, en particulier les personnes âgées comme sa mère, ne veulent pas être ici d'après lui. Ils ne voient aucune joie à vivre dans une ville où il est très difficile de trouver un logement en tant que réfugié, où les obstacles bureaucratiques sont si difficiles à surmonter que beaucoup préfèrent rentrer chez eux.

PUBLICITÉ

Il plaisante en disant qu'elle préférerait entendre des sirènes plutôt que d'être confrontée chaque jour à la bureaucratie allemande.

Vladimir Poutine n'a que la guerre à offrir, rien d'autre

Dima ajoute que Vladimir Poutine ne peut offrir aux Russes que la guerre et rien d'autre. Selon l'humoriste, le président russe n'a aucun moyen de revenir en arrière, aucun moyen de s'en sortir, même si on lui proposait un accord de paix. Il ajoute que "Vladimir Poutine prend au sérieux les pays baltes", Dima pensant qu'ils sont également sur la liste d'invasion russe. "Et il déteste la Pologne. Nous devons le prendre au sérieux".

Dans l'un de ses spectacles, il plaisante sur le fait qu'en tant qu'humoriste ukrainien, le public d'Europe occidentale et le public d'Europe de l'Est ont des attentes très différentes en ce qui concerne ses blagues sur la Russie.

Dima sait qu'avec l'inflation et la crise du coût de la vie, la qualité de vie quotidienne s'est détériorée pour la plupart des gens, même en Europe occidentale : "Mais au moins, ici, les gens ne sont pas tués".

"J'espère que les choses s'arrangeront d'elles-mêmes comme par magie. Mais oui, prenons les choses au sérieux, les gars", conclut-il.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Ukraine : les dernières attaques russes ont tué plusieurs civils dans la nuit

Josep Borrell à Kyiv pour réaffirmer le soutien européen

"Si je meurs, c'est mon choix" : des soldats finlandais témoignent depuis le front en Ukraine