This content is not available in your region

Bonastre, un village espagnol qui vit avec 4 heures d'eau courante par jour

Image d'archive. Un homme marche sur un réservoir sec et fissuré dans l'est de l'Espagne.
Image d'archive. Un homme marche sur un réservoir sec et fissuré dans l'est de l'Espagne.   -   Tous droits réservés  AP Photo
Par Laura Llach

Lorsque Mario Ferrario se lève pour emmener ses filles aux cours d'été, vers six heures du matin, il n'y a toujours pas d'eau à Bonastre, une commune d'environ 800 habitants en Catalogne. Quand elle ouvre le robinet, pas une goutte ne sort.

Quand il a de la chance et qu'il réussit à s'absenter du travail, il rentre chez lui à dix heures du matin pour prendre une douche rapide avant que l'eau ne soit à nouveau coupée. Après cet intermède de 7 à 10 heures, le débit reste fermé jusqu'à 20 heures, où il est remis en marche pour deux heures supplémentaires.

"Et encore, s'il y a de l'eau, car souvent les horaires ne sont pas respectés. Ils établissent un calendrier et le modifient ensuite sans prévenir", explique M. Ferrario.

Se doucher, laver les vêtements et même faire la vaisselle est devenu un luxe à Bonastre. La situation dans cette ville espagnole est si extrême que le conseil municipal a décidé d'appliquer des restrictions.

Il y a quelques semaines, l'Agence catalane de l'eau a déclaré la région zone de sécheresse, mais dans la pratique, rien n'a changé, car les autorités locales continuent de maintenir les mêmes restrictions.

Il y a actuellement 150 municipalités dans la région de Catalogne où il a été nécessaire d'appliquer des limitations d'eau. Les réservoirs se vident, tout comme les puits qui alimentent de nombreuses petites villes.Selon les chiffres du ministère de la Transition écologique, c'est le mois d'août qui a été le moins alimenté en eau au cours du dernier millénaire.

Dans le cas de Bonastre, la situation est "extrême", selon Esther Bartra, la maire, comme elle l'a déclaré aux médias locaux. L'unique puits de la commune n'a pas de réserves et est alimenté par celles de Gaià, qui ressent déjà les effets de la sécheresse.

En guise de mesure palliative, le conseil municipal tente de détourner l'eau d'un puits en construction dans l'espoir d'améliorer la situation dans la ville.

Sécheresse, manque de pluie et mauvaise prévision

M. Ferrario a deux jeunes filles âgées de cinq et onze ans. "À cet âge, les enfants se salissent tout le temps et maintenant nous ne pouvons plus laver leurs vêtements", a-t-il déclaré à Euronews. A cela s'ajoute la canicule, "avec la chaleur mes filles ne s'amusent pas, il y a des moments où elles ont besoin d'une douche pour se rafraîchir", ajoute-t-elle.

Dans le centre de Bonastre, Xavi Llarch essaie de s'approvisionner en eau à chaque fois que le débit est rouvert pour pouvoir servir les consommateurs de son bar. "Pour nous, c'est un désagrément, nous perdons sans cesse des clients", dit-il.

"Toute la journée, nous ne pouvons pas laver la vaisselle utilisée par nos clients, nous ne pouvons pas utiliser le lavabo, nous ne pouvons même pas utiliser la machine à café pour faire du café", détaille-t-il.

C'est le quatrième été au cours duquel le village a dû appliquer des restrictions en raison de la sécheresse, même si, selon les villageois, les conséquences n'ont jamais été aussi graves que celles qu'ils connaissent actuellement.

"Nous avons connu d'autres étés avec des coupures d'eau, mais elles n'ont duré que quelques jours. Ce que nous vivons cette année est terrible, cela n'a jamais été aussi grave. Cette situation était une mort annoncée", déclare Núria Pons, l'un des habitants de Bonastre.

"Il est vrai qu'il y a une sécheresse généralisée, mais il y a aussi eu une très mauvaise anticipation de la part des autorités locales. Nous savions depuis des mois que cela allait se produire. Ce n'est pas entièrement la faute du conseil municipal, mais pendant la saison des pluies, ils auraient dû profiter de l'occasion pour remplir le réservoir et faire preuve de prévoyance", assure M. Pons.

Les autorités locales ont déjà interdit de remplir les piscines, d'arroser les jardins et les jardins familiaux avec de l'eau potable et ont demandé aux habitants de réduire et d'utiliser l'eau de manière responsable, mais cela n'a pas empêché des restrictions plus sévères d'être appliquées.

"Les gens sont déjà fatigués et très en colère contre la situation. Les politiciens utilisent l'excuse du manque de nouveaux puits, de la sécheresse, de l'absence de pluie... Mais ils n'ont pas fait preuve de prévoyance", dit Mario Ferrario.

"Je vis dans le village depuis quatre ans et cela dure depuis un certain temps, mais cette année a été catastrophique. Les restrictions sont beaucoup plus sévères", ajoute-t-il.

Alors que les consignes continuent de tomber, certains réclament une réflexion sur la manière dont on en est arrivé à cette situation.

Antonella Gerosa, gérante d'une cave à vin de la région, souligne que l'eau a été utilisée de manière irréfléchie. "Même si le village est petit, nous avons atteint ce stade. Nous savions que les niveaux étaient bas, cela se voyait, mais les gens n'avaient aucun sens de la responsabilité environnementale".

En attendant la fin de la construction du second puits, prévue pour la fin de l'année, le conseil municipal a cherché une autre solution. Chaque jour, un camion-citerne arrive dans la municipalité pour livrer de l'eau aux habitants.

"Le problème, c'est que les personnes âgées ne peuvent pas transporter les bouteilles de l'endroit où le camion se gare jusqu'à leur domicile", explique M. Pons, qui regarde le ciel avec peu d'espoir. "Jusqu'à ce qu'il pleuve des cordes, nous continuerons à vivre avec des restrictions."