EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Les maisons faites de champignons pourraient-elles réduire les émissions liées à la construction ?

PLP Labs showcases bricks of fungi that could slash construction’s carbon footprint.
PLP Labs showcases bricks of fungi that could slash construction’s carbon footprint. Tous droits réservés George Fielding Photography
Tous droits réservés George Fielding Photography
Par Euronews Green avec Reuters
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button

Les architectes ont créé des briques en champignons ressemblant à des Lego qui pourraient réduire l'empreinte carbone de la construction.

PUBLICITÉ

Les voitures, les avions et les plastiques sont  les sources de pollution les plus connues. Mais il existe une autre source d'émissions destructrices littéralement intégrée à notre société : la construction.

Selon l'Agence internationale de l'énergie (AIE), près de 40 % des émissions mondiales annuelles de CO2 sont attribuées à l'environnement bâti. Parmi ceux-ci, 11 % sont le résultat de la fabrication de matériaux de construction comme l'acier, le ciment et le verre.

Architectes et les scientifiques travaillent sur les moyens de réduire l'impact climatique de ces matériaux importants. Mais des alternatives à faible émission de carbone sont nécessaires pour construire un avenir plus vert.

Un matériau très prometteur dans le monde de la construction est le champignon.

Voici comment cet organisme producteur de spores pourrait aider à décarboniser nos maisons et nos villes.

Comment les champignons peuvent-ils être utilisés dans la construction ?

L'utilisation du mycélium - le réseau de filaments fongiques ressemblant à des racines qui pousse sous les champignons - comme matériau de construction n'est pas un concept totalement nouveau.

Le mycélium est utilisé pour fabriquer des emballages durables depuis 2007. Et en 2014, une exposition au Museum of Modern Art de New York présentait une installation architecturale faite de déchets agricoles et de mycélium.

Lorsqu'ils sont rassemblés dans un moule, les champignons à croissance rapide se nourrissent des déchets et les briques organiques se solidifient.

Depuis lors, divers architectes ont exploré le potentiel de ce matériau intrigant - y compris comment l'exploiter en tant que matériau de construction vivant, auto-cicatrisant et compostable.

Plus tôt cette année, la NASA s'est même associée à des architectes aux États-Unis pour explorer le potentiel de construction de nouveaux bio-habitats - des maisons faites d'organismes vivants, comme des champignons - dans l'espace.

Les champignons pourraient-ils être le matériau de construction du futur ?

Le mois dernier, PLP Labs, une collaboration de recherche et de conception basée à Londres, a présenté des blocs de construction modulaires issus du mycélium lors de la Clerkenwell Design Week. Ceux-ci sont fabriqués à partir de coques en bois imprimées en 3D pour créer des structures uniques.

"Avec le mycélium, vous pouvez créer n'importe quelle forme que vous aimez", explique le co-fondateur Ron Bakker. "Mais nous avons pensé qu'il était important de créer des objets qui pourraient être construits de différentes manières, démontés, remontés d'autres manières, presque un peu comme des blocs Lego. Parce que l'un des aspects de l'architecture du futur, c'est de faire des bâtiments démontables."

Les produits contenant du mycélium sont non seulement renouvelables et biodégradables, mais sont également légers, excellents pour l'isolation et ont une haute résistance au feu.

George Fielding Photography
Les blocs modulaires de PLP sont fabriqués à partir de mycélium et de structures en bois imprimées en 3DGeorge Fielding Photography

"Nous pourrions utiliser le mycélium pour fabriquer des matériaux de construction, pour fabriquer des panneaux de revêtement, pour faire de l'absorption acoustique, pour fabriquer des luminaires, pour fabriquer des éléments qui sont essentiellement fabriqués à partir de déchets et de la nature et qui ne laissent jamais... de déchets dans la nature", poursuit Ron Bakker.

PUBLICITÉ

L'équipe étudie actuellement comment faire pousser le mycélium dans des structures plus solides qui peuvent supporter le poids de la même manière que les briques. Ils explorent également la possibilité de kits de "culture à la maison" qui pourraient être utilisés pour créer des structures personnalisées.

Ce sont toutes des étapes clés pour transformer les champignons en maisons du futur.

"Le mycélium a tellement de qualités que nous recherchons normalement dans les matériaux extraits, fabriqués à partir de roches minérales ou fabriqués à partir de combustibles fossiles, toutes les mousses que nous connaissons", explique Ron Bakker. _"La plupart d'entre eux ont une grande pénalité pour l'environnement. Et le mycélium non._Ceci, combiné à ses propriétés physiques favorables, en fait "un véritable matériau d'avenir"".

George Fielding Photography
Les blocs modulaires de PLP sont fabriqués à partir de mycélium et de structures en bois imprimées en 3DGeorge Fielding Photography

Quel est l'impact environnemental du béton ?

Le béton est le deuxième matériau le plus consommé sur la planète après l'eau - et ses retombées environnementales sont énormes. Sa production est un processus très polluant , gourmand en énergie et en eau.

PUBLICITÉ

La production de ciment génère environ 2,5 milliards de tonnes de dioxyde de carbone (CO2) par an, soit environ 8 % du total mondial, selon le Science Museum du Royaume-Uni.

De plus, il produit des polluants atmosphériques nocifs, notamment du dioxyde de soufre, des oxydes d'azote et du monoxyde de carbone.

Le béton épuise également les réserves mondiales de sable, qui sont souvent extraites des rivières car le sable du désert n'a pas la bonne forme.

Les scientifiques expérimentent de nouveaux matériaux et de nouvelles méthodes de fabrication du béton qui pourraient réduire son impact sur l'environnement .

PUBLICITÉ

Cela comprend le développement de moyens d'utiliser les déchets - tels que les cendres et le plastique recyclé - et les fibres naturelles pour réduire la pression du béton sur les ressources limitées et améliorer ses performances.

Ils ont également exploré l'injection de CO2 capturé dans le béton, où il peut être stocké en toute sécurité hors de l'atmosphère terrestre.

Des progrès comme ceux-ci, ainsi que l'utilisation innovante de matériaux comme les champignons , pourraient nous aider à construire un avenir meilleur.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Hausse des intoxications aux champignons en France

Comment la commande publique encourage l'innovation verte dans l'UE

De l'aquaponie à la récolte du miel : l'innovation agricole au Qatar