EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

Destruction de forêts tropicales : l'équivalent de la surface de la Suisse perdu en 2022

Une parcelle de forêt détruite en Amazonie près de Porto Velho, au Brésil, 27.08.2019
Une parcelle de forêt détruite en Amazonie près de Porto Velho, au Brésil, 27.08.2019 Tous droits réservés Victor R. Caivano/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.
Tous droits réservés Victor R. Caivano/Copyright 2019 The AP. All rights reserved.
Par Euronews avec AFP
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Selon un rapport de l'Institut des ressources mondiales, plus de 4 millions d'hectares de forêts primaires tropicales ont disparu l'année dernière.

PUBLICITÉ

Selon les données satellitaires étudiées par cette organisation, des surfaces considérables de forêt sont détruites en grande majorité pour l'agriculture et l'élevage. 

C'est 10% de plus qu'en 2021 et c'est l'équivalent d'un terrain de football d'arbres tropicaux que l'on a abattus ou brûlés toutes les cinq secondes, de nuit comme de jour.

La directrice de l'Institut des ressources mondiales, Mikaela Weisse, estime que "n__ous sommes en train de perdre l'un de nos outils les plus efficaces pour combattre le changement climatique, protéger la biodiversité et soutenir la santé et les moyens de subsistance de millions de personnes."

Nous sommes en train de perdre l'un de nos outils les plus efficaces pour combattre le changement climatique
Mikaela Weisse
directrice de l'Institut des ressources mondiales

Quels sont les pays concernés ?

Le pays le plus touché est le Brésil, avec une surface détruite qui représente 43% des pertes mondiales, devant la République démocratique du Congo (13%) et la Bolivie (9%). Viennent ensuite le Pérou (3,9% de la déforestation mondiale), la Colombie (3,1%), le Laos (2,3%), le Cameroun (1,9%), la Papouasie-Nouvelle-Guinée (1,8%) et la Malaisie (1,7%).

  • le cas brésilien

Au Brésil, la déforestation n'a cessé de s'aggraver durant la présidence de Jair Bolsonaro, augmentant encore de 15% en un an. Pendant ces années, l'administration brésilienne a fermé les yeux sur la déforestation illégale, affaibli les droits des autochtones et démantelé la politique environnementale du pays.

Son successeur, le président Luiz Inacio Lula da Silva, s'est engagé à mettre fin à la destruction de l'Amazonie brésilienne d'ici à 2030. Les experts estiment cependant qu'il devra relever de nombreux défis pour y parvenir et craignent que le bassin amazonien, malmené par le changement climatique et la déforestation, ne se transforme à terme en savane.

  • le cas congolais

En République démocratique du Congo, plus d'un demi-million d'hectares de forêts ont été détruits en 2022, selon le rapport. Principalement à cause de l'agriculture et de la production de charbon de bois, vital pour les foyers, dont 80% n'ont pas d'électricité.

Un accord d'un demi-milliard de dollars, visant à protéger la forêt tropicale du bassin du Congo, avait pourtant été signé par la RDC en 2021. Mais il a été sapé par un récent appel d'offres de permis pétroliers et de blocs gaziers lancé par les autorités.

  • le cas bolivien

Sur la troisième marche du classement, la Bolivie n'a pas réussi à réduire le rythme de sa déforestation qui a augmenté de 32% par rapport à 2021.

La production de cacao, l'extraction d'or et les incendies en sont les principales raisons, selon les chercheurs. "La majorité des pertes s'est produite dans des zones protégées, qui couvrent les dernières parcelles de forêt primaire du pays", selon l'Institut des ressources mondiales.

L'inexorable destruction de la forêt tropicale ?

L'accélération de la destruction forestière se poursuit, malgré les engagements pris lors de la COP26 à Glasgow par les principaux dirigeants du monde, en 2021.

"Depuis le début de notre siècle, nous avons assisté à une hémorragie de certains des systèmes écoforestiers les plus importants de la planète, malgré des années d'efforts pour inverser la tendance", a souligné Mme Weisse. 

Il y a pourtant une lueur d'espoir dans ce rapport accablant : en Indonésie, la destruction forestière s'est ralentie pour la cinquième année consécutive. L'étendue des surfaces abattues dans le pays a été divisée par plus de quatre depuis 2016.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Suisse : une violente tempête à la frontière française fait un mort et une quarantaine de blessés

En Italie, les activistes de l'environnement dans le collimateur du gouvernement

Les Verts conditionnent leur soutien à von der Leyen à leur intégration au sein d'une coalition