EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

L'activiste climatique suédoise Greta Thunberg prononce un discours lors de la grève mondiale pour le climat "Fridays for Future" à Berlin, en Allemagne.
L'activiste climatique suédoise Greta Thunberg prononce un discours lors de la grève mondiale pour le climat "Fridays for Future" à Berlin, en Allemagne. Tous droits réservés AP Photo/Markus Schreiber
Tous droits réservés AP Photo/Markus Schreiber
Tous droits réservés AP Photo/Markus Schreiber

D'une manifestation individuelle à un mouvement mondial : 5 ans de "Fridays For Future" en images

Par Euronews Green
Partager cet article
Partager cet articleClose Button

Greta Thunberg a participé à sa dernière grève scolaire après avoir obtenu son diplôme en juin, mais le mouvement s'est développé bien au-delà de sa première manifestation en solo.

PUBLICITÉ

Le 20 août 2018, la militante pour le climat Greta Thunberg a cessé d'aller à l'école. Au lieu de cela, elle a fait quelque chose qui allait déclencher un mouvement mondial et, peut-être, changer le cours de l'histoire.

Greta Thunberg s'est assise devant le Riksdag, le bâtiment du Parlement suédois, tous les jours pendant les heures de classe, avec une pancarte désormais célèbre : "Skolstrejk för klimatet", traduit en français par "Grève de l'école pour le climat".

À la suite des vagues de chaleur et des incendies de forêt qui ont frappé la Suède, elle souhaitait que le gouvernement prenne des mesures significatives pour lutter contre le changement climatique.

TT News Agency/Hanna Franzen via REUTERS
Greta Thunberg tient une pancarte sur laquelle on peut lire "Grève des écoles pour le climat" devant le parlement suédois en 2018TT News Agency/Hanna Franzen via REUTERS

L'activiste a inventé l'expression " Fridays for Future" qui, cinq ans plus tard, est devenue un mouvement mondial de jeunes.

La première grève des "Fridays For Future", ayant rassemblé plus d'une personne en dehors de la Suède, a eu lieu à La Haye, devant le Parlement néerlandais. Elle était menée par les activistes Sandor van Gessel, Anne-Laure Stroek, Ianthe Minnaert et Ellis van der Borgh.

AP Photo/Rick Rycroft
Des écoliers tiennent des pancartes faites à la main lors d'une manifestation organisée par des étudiants devant le bureau de l'ancien Premier ministre australien Tony AbbottAP Photo/Rick Rycroft

Les jeunes Australiens ont été inspirés et, quelques jours plus tard, des milliers d'entre eux ont commencé à quitter l'école le vendredi.

À la fin de l'année, des jeunes faisaient grève dans quelque 270 pays.

Comment les "Fridays For Future" ont organisé la plus grande grève pour le climat de l'histoire

En 2019, l'élan s'est renforcé en vue d'une action collective mondiale des "Fridays For Future". En mars, une grève mondiale a rassemblé plus d'un million de personnes avec 2 200 manifestations dans 125 pays. En mai, une deuxième grève a donné lieu à 1 600 manifestations à travers 150 pays.

Puis, en septembre, la Semaine mondiale pour l'avenir a eu lieu, au cours de laquelle environ quatre millions de personnes - dont de nombreux écoliers - ont participé à ce que l'on considère comme les plus grandes grèves pour le climat de l'histoire du monde.

AP Photo/Charles Rex Arbogast
Des manifestants occupent Dearborn Street dans le célèbre Loop de Chicago lors d'une marche mondiale contre le changement climatique, vendredi 20 septembre 2019AP Photo/Charles Rex Arbogast

Greta Thunberg a traversé l'océan Atlantique en voilier pendant deux semaines pour participer à des grèves scolaires aux États-Unis et assister à un sommet des Nations unies sur le climat.

Un mouvement en ligne a également été fondé par les activistes américains Iris Zhan et George Zhang afin de rendre les "Fridays for Future" accessibles à ceux qui n'étaient pas en mesure de faire grève physiquement.

Et lorsque la pandémie de COVID-19 a frappé en 2020, Greta Thunberg a encouragé tout le monde à faire de l'activisme sur les médias sociaux.

Des jeunes du monde entier ont commencé à afficher, sur internet, leurs pancartes "grève de l'école pour le climat".

AP Photo/Ebrahim Noroozi
Des jeunes participent à un rassemblement sur la grève du climat, tandis que les forces de sécurité afghanes les protègent à Kaboul, en Afghanistan, le vendredi 20/09/2019AP Photo/Ebrahim Noroozi

Des grèves mondiales pour le climat ont eu lieu presque chaque année depuis 2018 et des centaines de milliers de jeunes y ont participé pour réclamer davantage d'actions contre le changement climatique. D'autres groupes, dont "Parents for Future" et "Scientists for Future", ont été fondés.

La dernière grève scolaire de Greta Thunberg pour le climat

Parallèlement aux manifestations, Greta Thunberg et ses camarades des "Fridays For Future" ont pris la parole sur la scène internationale, s'adressant aux dirigeants et aux experts du monde entier lors de conférences.

Au cours des cinq dernières années, les jeunes activistes ont participé aux principaux sommets mondiaux, qu'ils soient invités ou non, et ont appelé les gouvernements à agir.

AP Photo/Alberto Pezzali
Des militants pour le climat défilent dans les rues de Glasgow, en Écosse, lors de la COP26 en 2021AP Photo/Alberto Pezzali

Sidha Ravi, fondateur de "Fridays for Future India", a eu recours à des grèves numériques et à plus d'un million de courriels pour s'opposer aux règles controversées du pays en matière d'évaluation de l'impact sur l'environnement. Cette action a fait la Une des journaux et a permis de mettre le problème sur la place publique.

Et, bien que peu de décisions sur les engagements climatiques aient été directement liées à l'action des "Fridays For Future", beaucoup pensent que l'attention supplémentaire a fait pression sur les décideurs politiques mondiaux pour qu'ils agissent.

PUBLICITÉ
AP Photo/Peter Dejong
Les activistes climatiques Mitzi Jonelle Tan, des Philippines, à gauche, et Vanessa Nakate, de l'Ouganda, lors de la COP27 en 2022AP Photo/Peter Dejong

En juin de cette année, Greta Thunberg a participé à sa 251e grève scolaire pour le climat. C'était sa dernière avant d'obtenir son diplôme.

"Lorsque j'ai commencé à faire grève en 2018, je n'aurais jamais pu m'attendre à ce que cela débouche sur quelque chose", a-t-elle écrit sur la plateforme de médias sociaux X. Au départ, un petit groupe d'enfants a décidé de faire grève les vendredis, mais cela a finalement abouti à la création de l'association "Fridays for Future".

REUTERS/Marie Mannes
Greta Thunberg se tient devant le Parlement suédois lors de sa dernière grève scolaireREUTERS/Marie Mannes

"D'autres personnes se sont jointes à eux, et tout d'un coup, un mouvement mondial s'est développé chaque jour".

"Je continuerai à protester les vendredis, même si techniquement ce n'est pas une "grève de l'école". Nous n'avons tout simplement pas d'autre choix que de faire tout ce qui est en notre pouvoir. La lutte ne fait que commencer", a conclu l'activiste suédoise.

Partager cet article

À découvrir également