PUBLICITÉ

Surveillance, perquisitions et arrestations : l'Europe réprime les manifestations "action directe" contre le changement climatique

Un manifestant de Just Stop Oil est retenu par le personnel de sécurité sur le court 18 pendant Wimbledon à Londres.
Un manifestant de Just Stop Oil est retenu par le personnel de sécurité sur le court 18 pendant Wimbledon à Londres. Tous droits réservés REUTERS/Hannah Mckay
Tous droits réservés REUTERS/Hannah Mckay
Par Euronews Green avec Reuters
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Certains pays invoquent des pouvoirs juridiques souvent utilisés contre la criminalité organisée et les groupes extrémistes.

PUBLICITÉ

Simon Lachner avait prévu de se coller à une artère de la ville allemande en juin pour attirer l'attention du public sur le changement climatique. Au lieu de cela, il s'est retrouvé en garde à vue avant même d'avoir quitté son domicile.

Simon Lachner, 28 ans, est l'un des milliers de militants pris au piège de la répression européenne des manifestations d'action directe, qui s'est accélérée l'année dernière. Les manifestants exigent des gouvernements qu'ils prennent des mesures urgentes pour lutter contre le changement climatique.

Des barrages routiers sur les principales autoroutes de Grande-Bretagne ont provoqué des embouteillages. Des manifestations dans des installations pétrolières en Allemagne ont perturbé l'approvisionnement et, en France, des milliers de militants et la police se sont affrontés à propos de l'utilisation de l'eau, faisant des dizaines de blessés.

Déterminés à empêcher le renforcement de ces manifestations, les États allemands et les autorités nationales françaises invoquent des pouvoirs juridiques souvent utilisés contre le crime organisé et les groupes extrémistes pour mettre les militants sur écoute et les suivre à la trace, a constaté Reuters, sur la base de conversations avec quatre procureurs, la police des deux pays et plus d'une douzaine de manifestants.

Une vague de manifestations directes pour le climat

Rien qu'à Berlin, la police a passé des centaines de milliers d'heures à travailler sur plus de 4 500 incidents enregistrés contre les groupes "The Last Generation" et "Extinction Rebellion", selon des données inédites de la police.

En Allemagne, les autorités publiques ont largement recours à la détention préventive pour empêcher les gens de manifester, notamment en détenant au moins une personne pendant 30 jours sans inculpation.

"Cette pratique est autorisée par la loi bavaroise", ont déclaré les procureurs consultés par Reuters.

Les législateurs ont adopté de nouvelles lois sur la surveillance et la détention en France, en juillet, et en Grande-Bretagne, en mai. La Grande-Bretagne rend illégal le fait de s'enfermer ou de se coller à une propriété.

La France a fait appel à une unité antiterroriste pour interroger certains militants du climat, a confirmé la police à Reuters.

Les gouvernements allemand et britannique ont déclaré que la réponse aux manifestations visait à prévenir les actions criminelles préjudiciables. Le gouvernement français s'est refusé à tout commentaire, mais il a déjà déclaré que l'État devait être en mesure de lutter contre ce qu'il appelle la "radicalisation".

Les militants disent s'être tournés vers l'action directe après l'échec d'autres stratégies de protestation. La désobéissance civile a une longue histoire dans les mouvements sociaux, notamment dans la lutte pour le droit de vote des femmes et le mouvement des droits civiques aux États-Unis.

REUTERS/Paul Childs
Des policiers escortent un manifestant de Just Stop Oil au Royaume-Uni.REUTERS/Paul Childs

Reuters n'a pas pu établir si les pays européens coordonnaient leurs politiques ou leur vigilance à l'égard des manifestants, au-delà de la coopération normale entre les forces de police.

Une source du gouvernement français ayant connaissance du dossier a déclaré que les services de renseignement de toute l'Europe coopéraient pour surveiller les plans et les activités des manifestants.

En réponse à une question de Reuters sur l'échange de renseignements sur les activistes climatiques entre les gouvernements européens, le ministère allemand de l'intérieur a déclaré qu'il échangeait régulièrement des informations avec des partenaires étrangers, mais n'a pas voulu donner de détails.

La police et le ministère français de l'intérieur se sont refusés à tout commentaire. Le Conseil des chefs de la police nationale britannique n'a pas répondu immédiatement à une demande de commentaire et le ministère de l'intérieur britannique n'a pas fait de commentaire.

L'Allemagne n'a pas de politique nationale ciblant les défenseurs du climat, que le gouvernement considère pour l'essentiel comme non extrémistes, a déclaré un porte-parole du ministère de l'intérieur du pays.

Toutefois, deux États allemands envisagent d'interdire un groupe important du mouvement.

La Bavière mène une campagne de répression contre The Last Generation

Simon Lachner est membre de The Last Generation, un groupe basé en Allemagne au sein du réseau européen A22, qui comprend également le groupe britannique Just Stop Oil et qui est financé par le Climate Emergency Fund, basé à Los Angeles.

PUBLICITÉ

Le procureur de Bavière a mené une campagne de répression contre The Last Generation, ainsi qu'une enquête visant à déterminer s'il convient de la classer comme organisation criminelle en vertu d'une loi qui autorise la surveillance téléphonique généralisée, le suivi par GPS et les perquisitions.

Le procureur a confié l'enquête sur The Last Generation à une unité de l'État chargée de la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme, car il estime que le groupe a commis des délits, notamment des tentatives de sabotage d'infrastructures critiques, a déclaré un porte-parole du procureur.

Le Brandebourg a ouvert une enquête similaire, a déclaré le ministère de l'intérieur à Reuters.

En réponse à une question de Reuters, The Last Generation a nié que ses activités étaient criminelles et a déclaré que les activistes montraient leurs visages et leurs noms lors des manifestations et annonçaient les événements à l'avance.

Les procureurs enquêtent sur le groupe pour la fermeture d'une vanne sur le pipeline Transalpine en Bavière l'année dernière et pour une manifestation dans une raffinerie à Brandebourg. The Last Generation a confirmé avoir participé à ces manifestations.

PUBLICITÉ

Des perquisitions ont eu lieu au domicile de leaders de la contestation en Allemagne

En mai, la police de plusieurs États a perquisitionné les domiciles de sept dirigeants de The Last Generation. Les procureurs bavarois ont intercepté les téléphones de six d'entre eux avant les perquisitions, dans le cadre de l'enquête visant à classer le groupe en tant qu'organisation criminelle, a déclaré le bureau des procureurs bavarois à Reuters.

Le site web du groupe a également été fermé afin de mettre un terme à la collecte de fonds. Si le groupe est interdit, le fait de le soutenir serait passible d'une peine d'emprisonnement en vertu de la législation allemande.

En juin, le jour de la manifestation prévue par Simon Lachner dans la ville bavaroise de Ratisbonne, la police s'est présentée à son domicile et l'a emmené au poste de police pendant six heures, un exemple de l'utilisation par la Bavière des règles qui permettent à la police de détenir des personnes jusqu'à un mois sans inculpation pour prévenir un crime, sur la base d'une décision de justice.

"Je n'ai pas été autorisé à prendre mes chaussures ou mes chaussettes... ils m'ont simplement traîné hors du couloir", a affirmé Monsieur Lachner lors d'une interview.

NADJA WOHLLEBEN/REUTERS
Des militants de " The last generation" sont arrêtés par la police allemande à Berlin.NADJA WOHLLEBEN/REUTERS

Une vidéo de la détention postée par The Last Generation sur la plateforme de médias sociaux X montre qu'il a été tiré pieds nus sur une allée pavée. Reuters n'a pas pu vérifier de manière indépendante l'authenticité de cette vidéo.

PUBLICITÉ

La police de Ratisbonne a déclaré qu'elle avait arrêté Monsieur Lachner pour prévenir une infraction pénale après qu'il eut annoncé publiquement ses projets.

"La Bavière a eu recours à la garde à vue préventive de plus de 24 heures au moins 80 fois contre des militants pour le climat au cours des 18 derniers mois," a déclaré à Reuters le ministère de l'intérieur de l'État, en vertu d'une loi de l'État qui autorise de telles actions.

Le ministère a confirmé avoir détenu un militant pendant 30 jours. The Last Generation a déclaré que neuf personnes avaient été détenues pendant 30 jours.

Le ministère n'a pas donné de détails sur les personnes détenues ni sur les raisons de leur détention. Reuters n'a pas pu établir immédiatement si l'un des militants détenus avait été inculpé par la suite.

Berlin élabore une nouvelle législation en réponse aux manifestations

Les militants ont organisé des centaines de barrages routiers depuis l'année dernière à Berlin. Au 6 juillet, la police berlinoise avait consacré plus de 480 000 heures de travail à quelque 4 519 incidents criminels présumés nouvellement enregistrés par des militants écologistes, a déclaré le département de la police à Reuters.

PUBLICITÉ

Le procureur de Berlin a déclaré dans une réponse aux questions de Reuters qu'il avait enregistré plus de 2 200 enquêtes au 19 juin de cette année sur les activistes de The Last Generation et Extinction Rebellion. Les données ne détaillent pas les types d'infractions sur lesquelles il enquête.

En réponse à la vague de protestations, les législateurs berlinois sont en train de rédiger un projet de loi autorisant la détention des suspects pendant cinq jours, contre 48 heures actuellement, a déclaré un porte-parole du sénat de Berlin dans une interview.

Les manifestants pour le climat peuvent peut-être être enfermés, mais la catastrophe climatique se produira de toute façon.
Simon Lachner
Activiste climatique

Malgré la détention de Simon Lachner, l'action de Ratisbonne s'est poursuivie, avec un plus grand nombre de manifestants collés à la route qu'initialement prévu.

"Les manifestants pour le climat peuvent peut-être être enfermés, mais la catastrophe climatique se produira de toute façon", a déclaré Simon Lachner après avoir été condamné en juillet à Berlin à une amende de 2 700 euros pour des incidents de collage survenus l'année dernière.

Il a fait appel de cette condamnation et a déclaré qu'il continuerait à manifester.

PUBLICITÉ
REUTERS/Nadja Wohlleben
Un policier décolle la main d'un militant du changement climatique de "The Last Generation" alors que les manifestants se collent dans les rues pour protester à Berlin.REUTERS/Nadja Wohlleben

Les manifestations pour le climat ont donné lieu à des violences en France

L'Allemagne vise des émissions nettes nulles d'ici à 2045 et la France d'ici à 2050, conformément aux recommandations des scientifiques.

Mais ces deux pays n'ont pas atteint leurs objectifs annuels au cours des deux dernières années et, alors que la planète a enregistré les journées les plus chaudes de son histoire en juillet, les militants affirment qu'il faut faire davantage.

Fin 2022, des militants pour le climat vêtus de combinaisons blanches de type hazmat sont entrés de nuit dans une cimenterie française appartenant à Lafarge Holcim. Ils ont coupé les connexions électriques avec des coupe-boulons et brisé les installations avec des marteaux, selon une vidéo publiée par un réseau appelé Les Soulevements de La Terre (SLT).

Un porte-parole a déclaré que SLT soutenait l'action mais ne l'avait pas organisée, ajoutant que les personnes arrêtées depuis étaient innocentes jusqu'à preuve du contraire.

En mars, des membres de SLT ont participé à une manifestation visant à mettre hors service des réservoirs d'irrigation en construction qui pomperont l'eau souterraine pour de grandes exploitations agricoles dans une zone humide touchée par la sécheresse dans les Deux-Sèvres, dans la région Nouvelle Aquitaine.

PUBLICITÉ
Frederic Petry / Hans Lucas via Reuters Connect
Un groupe de gendarmes mobiles en protection devant un de leurs véhicules incendié par les manifestants dans les Deux-Sèvres.Frederic Petry / Hans Lucas via Reuters Connect

Environ 6 000 manifestants ont été accueillis par 3 000 gendarmes anti-émeutes qui ont tiré plus de 5 000 grenades lacrymogènes en l'espace de deux heures.

Dans le chaos, 200 manifestants ont été blessés, dont deux sont restés dans le coma et un a perdu un œil. Quarante-sept officiers ont été blessés et quatre de leurs véhicules ont été brûlés.

La violence de la manifestation pour l'eau a provoqué un tollé, les groupes de défense des droits et les manifestants affirmant que les forces de sécurité ont fait preuve d'une violence excessive, et le gouvernement accusant les militants d'être venus armés de boules de bowling en acier et de bombes à essence, prêts à en découdre.

Des procureurs militaires enquêtent pour déterminer si les gendarmes ont fait un usage excessif de la force.

En vertu d'une loi adoptée en 2021, le ministère de l'intérieur a depuis lors interdit la SLT pour avoir prétendument provoqué des violences. SLT a fait appel de cette interdiction.

PUBLICITÉ

Le ministère de l'intérieur et la police ont refusé de commenter cet article.

Les manifestants pour le climat sont sous surveillance

Le conservateur des zones humides Julien Le Guet, un organisateur de la manifestation contre le réservoir qui n'est pas membre de SLT, a été placé sous surveillance policière par le gouvernement avant la manifestation de mars, a déclaré le bureau local du ministère de l'intérieur à un journal français en janvier.

Le bureau local du ministère de l'intérieur a déclaré à un journal français en janvier que la surveillance avait été ordonnée en vertu des règles visant à prévenir "les violences collectives susceptibles de porter gravement atteinte à la paix publique".

Ce processus est supervisé par la Commission nationale de contrôle des techniques de renseignement, et la surveillance dans de tels cas doit être autorisée par le premier ministre au cas par cas, a déclaré la commission à Reuters.

Le bureau du premier ministre n'a pas répondu à une demande de commentaire.

PUBLICITÉ

Dans une interview, Julien Le Guet a déclaré que la surveillance comprenait un dispositif de repérage GPS fixé sous sa voiture et une caméra placée pour surveiller la maison de son père. Dans l'interview accordée au journal en janvier, le bureau local du ministère de l'intérieur a confirmé que les deux dispositifs avaient été installés.

Julien Le Guet et six autres personnes doivent comparaître devant un tribunal en septembre pour être accusés d'avoir organisé des manifestations interdites par le bureau local du ministère de l'intérieur, notamment la manifestation du mois de mars. Julien Le Guet a déclaré que l'action directe était justifiée parce que les autres formes de protestation n'avaient pas abouti.

Deux sources de sécurité françaises ont déclaré à Reuters qu'il y avait eu une augmentation du nombre d'éco-activistes sous surveillance depuis 2018, sans donner de détails. La police et le ministère de l'Intérieur se sont refusés à tout commentaire.

Lors d'une audience du tribunal administratif mardi, au cours de laquelle SLT plaidait pour une suspension du décret gouvernemental fermant le groupe, le représentant juridique du ministère de l'Intérieur a reconnu les mesures de surveillance du gouvernement à l'encontre des membres du groupe.

"Les personnes qui ont déclaré faire partie de SLT sont ipso facto tombées dans le champ d'action des services de renseignement", a déclaré Pascale Leglise, ajoutant que "bien entendu, toute personne ne fait pas l'objet d'une technique de surveillance".

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Le mouvement "Fridays for Future" a incité 30 % des Suisses à changer leurs habitudes

Pays-Bas : des activistes bloquent l'autoroute dans la lutte contre le changement climatique

No Comment : nouvelle manifestation d'activistes allemands pour le climat