PUBLICITÉ

Comment les défenseurs du climat voient les cinq dernières années dans l'UE ?

Une femme participe à la manifestation "Fridays For Future" de la Global Climate Strike à Madrid en septembre dernier.
Une femme participe à la manifestation "Fridays For Future" de la Global Climate Strike à Madrid en septembre dernier. Tous droits réservés AP/Manu Fernandez
Tous droits réservés AP/Manu Fernandez
Par Ian Smith
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

Les élections européennes de 2019 ont été marquées par la "vague verte", qui a permis d'inscrire l'action climatique à l'agenda politique. Mais à l'approche de nouvelles élections, que pensent les défenseurs du climat de ces cinq dernières années ?

PUBLICITÉ

"Les élections approchent", rappelle joyeusement une militante à une dame âgée qui passe devant elle en lui tendant un tract.

C'est une belle journée de printemps à Bruxelles et la branche Extinction Rebellion de la ville organise une manifestation sur la place Jean Rey, à deux pas du Parlement européen.

Dans moins de deux mois, plus de 400 millions de personnes auront l'occasion de se rendre aux urnes et de décider qui remplira ce parlement.

La centaine de manifestants bloque une route sous l'œil attentif de plusieurs policiers.

"Nous demandons l'arrêt immédiat des subventions aux combustibles fossiles, car c'est le moins que l'Europe puisse faire pour reconnaître son rôle historique et actuel dans l'alimentation de la crise climatique", déclare Angela Huston Gold, porte-parole de United for Climate Justice, une plateforme de mouvements écologistes.

Les défenseurs du climat se mobilisent à nouveau pour faire entendre leur voix.

La police surveille une manifestation de la Rébellion pour l'extinction à Bruxelles le 6 avril.
La police surveille une manifestation de la Rébellion pour l'extinction à Bruxelles le 6 avril.Euronews

Que s'est-il passé lors de la vague verte européenne de 2019 ?

Il y a cinq ans, le mouvement environnemental était en pleine effervescence.

Les grèves coordonnées dans les écoles, menées par l'adolescente Greta Thunberg, ont mis l'action climatique à l'ordre du jour politique.

Les Verts ont obtenu les meilleurs résultats jamais enregistrés lors d'une élection européenne, arrivant en tête des sondages dans plusieurs villes européennes et portant leurs rangs à 71 députés européens.

"Nous étions très nombreux, nous étions bruyants et nous étions ensemble", explique Laila Kriechbaum, une militante des Fridays for Future, à Euronews Green. Elle a participé aux grèves de 2019 en Autriche en tant qu'écolière de 16 ans et est aujourd'hui organisatrice nationale pour le groupe.

"En voyant la vague verte déferler sur toute l'Europe et avoir un tel impact, j'ai ressenti un sentiment extrêmement fort en voyant ce que les jeunes pouvaient faire.

"Cela a créé un élan et une puissance qui se sont poursuivis pendant des mois et des années, grève du climat après grève du climat".

Greta Thunberg, militante pour le climat, lors d'une manifestation des Fridays for Future en 2019.
Greta Thunberg, militante pour le climat, lors d'une manifestation des Fridays for Future en 2019.AP Photo

Qu'est-ce que le Green Deal européen ?

Exploitant cette énergie, l'UE a lancé son "European Green Deal", une stratégie législative ambitieuse visant à rendre l'Union européenne neutre sur le plan climatique d'ici à 2050 grâce à des mesures telles que la réduction des émissions de gaz à effet de serre, l'investissement dans les énergies renouvelables et la promotion d'une croissance durable.

"Au début, nous avions encore de l'espoir pour la première partie du mandat", déclare Julie Zalcman, chargée de campagne aux Amis de la Terre Europe.

Et il y a eu des succès.

Mme Zalcman cite la stratégie REPower EU, qui vise à réduire la dépendance de l'UE à l'égard des combustibles fossiles russes en portant la part des énergies renouvelables à 45 % du bouquet énergétique de l'Union d'ici à 2030. Elle vise également à sortir du traité sur la Charte de l'énergie et à éliminer progressivement les moteurs à combustion.

L'UE veut réduire la déforestation galopante

Greenpeace Europe estime également que certaines politiques ont été solides. Elle cite en exemple la loi sur la déforestation.

"C'est quelque chose que nous demandons depuis très longtemps", déclare John Hyland, chargé des relations avec la presse au sein du groupe.

PUBLICITÉ

L'UE a établi une liste de produits fortement associés à la déforestation : le cacao, le café, le caoutchouc, l'huile de palme, le soja, le bœuf et le bois.

À partir de décembre 2024, les importateurs et les exportateurs qui commercent avec l'UE devront prouver que ces marchandises, ou leurs produits dérivés, ne proviennent pas de zones récemment déboisées ou ne provoquent pas la dégradation des forêts.

Mais l'opposition à cette loi est peut-être un symbole de l'évolution des vents contraires politiques dans l'UE. Célébrée comme un succès écologique lors de son adoption, plusieurs ministres de pays de l'UE demandent aujourd'hui que sa mise en œuvre soit retardée.

Pourquoi l'Europe est-elle confrontée à un retour de bâton écologique ?

La musique d'ambiance a changé depuis 2019. Le parti écologiste recule dans les sondages et l'extrême droite progresse.

La législation sur le climat qui semblait acquise est soudain menacée, les politiciens étant effrayés par les protestations des agriculteurs et les élections à venir.

PUBLICITÉ

Les défenseurs du climat et les activistes ont le sentiment que des progrès ont été accomplis et que des victoires ont été remportées de haute lutte, mais que c'est loin d'être suffisant.

Les données scientifiques et les estimations de l'UE le confirment.

Le rapport 2023 sur l'action de l'UE en faveur du climat indique que "L'UE et ses États membres doivent intensifier considérablement leurs efforts de mise en œuvre et accélérer la réduction des émissions pour rester sur la bonne voie et atteindre l'objectif de réduction nette de 55 % des gaz à effet de serre d'ici à 2030 et la neutralité climatique d'ici à 2050".

Entre-temps, les records continuent de tomber.

Le mois de mars a été le dixième mois consécutif à battre le record mondial de température, la sécheresse frappe la Catalogne, la Sicile et d'autres régions d'Europe, et alors que nous entrons dans la saison des incendies de forêt, il est certain qu'ils brûleront avec une intensité croissante au cours d'étés de plus en plus chauds sur tout le continent.

PUBLICITÉ

Les défenseurs du climat se mobilisent à l'approche des élections européennes

À un moment aussi crucial pour l'avenir de l'Europe et du monde, que font les militants à l'approche des élections de juin ?

La réaction d'Extinction Rebellion est claire : mobiliser et perturber pour tenter de faire pression sur les politiciens.

La manifestation organisée à Bruxelles au début du mois faisait partie du lancement d'une nouvelle campagne impliquant des groupes de 12 pays européens. Le mouvement Stop EU Fossil Subsidies affirme qu'il intensifiera ses manifestations et ses blocages à l'approche des élections européennes.

"Nous voyons que bloquer les routes est stupide, n'est-ce pas ? C'est clair", déclare le Dr Huston Gold, porte-parole du mouvement. "Mais ce qui est encore plus clair, c'est que le gouvernement continue de subventionner ces industries criminelles qui détruisent notre avenir".

Fridays for Future prévoit également des manifestations de masse : une grève mondiale pour le climat est prévue pour le 19 avril et d'autres sont à venir.

PUBLICITÉ

M. Kriechbaum souhaite utiliser un message d'espoir pour motiver les gens.

"Regardez ce que nous avons à perdre, ce qui est en jeu et ce qui pourrait arriver", dit-elle.

"Nous sommes en mesure d'empêcher cela si nous utilisons notre vote, en particulier les jeunes qui sont sous-représentés".

Pour les groupes de campagne tels que Greenpeace Europe et les Amis de la Terre Europe, le combat se poursuit à Bruxelles, en faisant du lobbying et en influençant les décideurs.

"Il peut être extrêmement déprimant de se préoccuper de l'action climatique et de ne pas trouver le moyen de voir l'action", déclare Silvia Pastorelli, chargée de campagne sur le climat et l'énergie à Greenpeace Europe.

PUBLICITÉ

"La meilleure chose à faire est donc de toujours s'impliquer et d'exercer une pression directe sur les personnes qui prennent les décisions".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Une enquête note les partis sur le Pacte vert - de "pro" à "préhistorique"

Élections européennes : les théoriciens du complot sont passés du COVID au climat

Inondations, fonte des neiges, chaleur record... Une année 2023 très contrastée en Europe