Inondée en 2023, comment la Slovénie se prépare-t-elle face à de nouvelles pluies torrentielles ?

Inondée en 2023, comment la Slovénie se prépare-t-elle face à de nouvelles pluies torrentielles ?
Tous droits réservés euronews
Par Jeremy Wilks
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Slovénie surélève ses berges et augmente ses taxes dans tout le pays pour se protéger efficacement face aux fortes pluies et aux crues soudaines. Climate Now présente les travaux actuels au bord de la rivière et donne un aperçu des dernières données climatiques de Copernicus.

PUBLICITÉ

Avant de nous intéresser au plan de prévention contre les inondations de la Slovénie, analysons les dernières données du Service Copernicus concernant le changement climatique, qui confirment que 2023 a bel et bien été l'année la plus chaude jamais enregistrée. Ces 12 derniers mois, la moyenne des températures a dépassé de près de 1,5 degré Celsius celle de l'ère préindustrielle, de 1850 à 1900.

Moyenne des températures entre 1967 et 2023, d'après le Service Copernicus concernant le changement climatique
Moyenne des températures entre 1967 et 2023, d'après le Service Copernicus concernant le changement climatiqueeuronews

Plusieurs facteurs expliquent cette hausse des températures, notamment l'augmentation des émissions de gaz à effet de serre, le réchauffement des océans et la fonte des glaces.

Températures anormales en décembre 2023, d'après le Service Copernicus concernant le changement climatique
Températures anormales en décembre 2023, d'après le Service Copernicus concernant le changement climatiqueeuronews

Nous avons également connu le mois de décembre le plus chaud jamais enregistré, avec des températures dépassant de plus de 0,8 degré Celsius la moyenne pour la période 1991-2020. En Europe, il a fait plus froid que la moyenne de la Scandinavie à la Russie, mais il a fait anormalement plus chaud de l'Irlande à la mer Noire. Pour beaucoup d'entre nous, le mois de décembre a été pluvieux, avec des tempêtes à répétition en Europe de l'Ouest, en Europe centrale et en Europe de l'Est.

Températures anormales de l'air en surface en décembre 2023, d'après le Service Copernicus concernant le changement climatique
Températures anormales de l'air en surface en décembre 2023, d'après le Service Copernicus concernant le changement climatiqueeuronews
Précipitations anormales en décembre 2023, d'après le Service Copernicus concernant le changement climatique
Précipitations anormales en décembre 2023, d'après le Service Copernicus concernant le changement climatiqueeuronews

La Slovénie renforce ses moyens pour faire face aux fortes pluies

« Plus des deux tiers du pays ont été inondés rapidement », explique Neža Kodre, directrice de l'Agence slovène de l'eau, qui se souvient des conséquences catastrophiques des fortes pluies du mois d'août dernier.

Six mois plus tard, le pays a entrepris d'importants travaux d'adaptation aux crues soudaines visant à rendre la Slovénie beaucoup moins vulnérable aux fortes précipitations dues au changement climatique.

Les déversoirs sont renforcés après les inondations d'août
Les déversoirs sont renforcés après les inondations d'aoûteuronews

250 sites sont actuellement en travaux le long des cours d'eau de Slovénie, où d'énormes camions et pelles mécaniques construisent des déversoirs, élargissent les lits des rivières et surélèvent les berges. Les travaux sont déjà terminés sur plus de 700 autres sites similaires.

Sur le site que nous découvrons, près de la ville de Kamnik, Kodre nous explique le projet : « En retirant des matériaux, nous rétablissons le flux du lit de la rivière. En parallèle, nous avons déplacé la berge, laissant ainsi de l'espace au cours d'eau. »

Vue aérienne des travaux sur les berges près de la ville de Kamnik
Vue aérienne des travaux sur les berges près de la ville de Kamnikeuronews

La hausse des températures peut entraîner la montée des eaux

Les inondations d'août dernier ont touché quasiment toute la population. 183 des 212 communes de Slovénie ont été impactées. L'été dernier, le pays a enregistré 63 % de précipitations de plus que la moyenne.

Les caractéristiques géographiques de la Slovénie la rendent vulnérable aux crues soudaines
Les caractéristiques géographiques de la Slovénie la rendent vulnérable aux crues soudaineseuronews

Ce n'est pas non plus la première fois que le pays est confronté à des inondations. En 2010 et 2014, des inondations ont détruit des maisons, des écoles et des entreprises à Ljubljana.

Tanja Cegnar, météorologue slovène, affirme que l'augmentation des températures due au changement climatique ne fera qu'accroître le risque de crues soudaines : « Nous aurons davantage de fortes pluies à l'avenir, en particulier en été, lorsque l'air est chaud et qu'il y a beaucoup d'humidité dans l'air. »

Le taux d'humidité de l'air peut augmenter de 7 pour cent pour chaque degré supplémentaire de réchauffement.

« Nous nous efforçons d'améliorer nos alertes d'inondation. Nous travaillons en étroite collaboration avec des météorologues et des hydrologues afin de publier ces alertes suffisamment tôt », déclare Mme Cegnar à Euronews.

Des solutions contre les inondations selon les différents environnements

Différentes approches de protection contre les crues soudaines sont appliquées selon les différentes parties de la Slovénie. En amont, au niveau des torrents dans les montagnes, des systèmes permettent de retenir les branches lourdes et les arbres avant qu'ils ne puissent endommager les bâtiments.

Dans la ville, plusieurs solutions sont en place. La meilleure solution dans les zones très urbanisées consiste à surélever les berges des cours d'eau pour qu'elles atteignent une hauteur nettement supérieure à celle de crues à répétition sur 500 ans.

Dans les autres zones situées le long de la rivière Gradaščica, il y a suffisamment de place pour creuser un lit plus large, préserver les arbres et ralentir les eaux. Il s'agit d'une solution dite « naturelle » qui, bien qu'elle soit moins coûteuse à mettre en œuvre et plus esthétique pour les habitants et les touristes, nécessite un entretien régulier.

L'ingénieur Rok Fazarinc présente à Jeremy Wilks les travaux du projet Gradaščica à Ljubljan
L'ingénieur Rok Fazarinc présente à Jeremy Wilks les travaux du projet Gradaščica à Ljubljaneuronews

« Chaque année, voire deux fois par an, un entretien sera nécessaire pour enlever la végétation inutile, les arbres morts ou tombés par exemple, pour permettre à la végétation de se régénérer naturellement », explique Rok Fazarinc, ingénieur en charge de la protection contre les inondations .

Les travaux d'adaptation aux inondations en Slovénie sont coûteux. À ce jour, le gouvernement a consacré un demi-milliard d'euros pour aider les habitants, les entreprises et les autorités locales à couvrir les frais de nettoyage et de restauration, et de nombreux fonds ont été engagés pour financer les travaux d'adaptation.

Pour atteindre ses objectifs, le gouvernement a mis en place une taxe temporaire de 0,2 pour cent sur les actifs bancaires pour une durée de cinq ans, qui devrait rapporter 100 millions d'euros par an. Le taux de l'impôt sur le revenu des sociétés a également été relevé pour la même période de 19 pour cent à 22 pour cent, à compter de 2024.

PUBLICITÉ

Le ministre d'État Boštjan Šefic supervisera la révision des infrastructures et justifie ce choix.

« Les hausses fiscales ne sont jamais appréciées, mais nous pensons qu'il s'agit là d'un investissement pour le futur, y compris pour l'économie. Des structures plus solides, qui nous protègent davantage contre les inondations et autres phénomènes naturels, seront en effet largement rentabilisées à long terme », ajoute-t-il.

Outre les taxes, le défi social consiste à convaincre les habitants installés le long des cours d'eau et des rivières d'adapter leur comportement à la nouvelle réalité du réchauffement climatique à laquelle le pays est confronté. Selon la directrice de l'Agence de l'eau, Mme Kodre, cette étape est l'une des plus chronophages du projet.

« Les habitants ne sont pas favorables aux mesures prises dans leur jardin, ils ne veulent pas de bassins secs dans leur environnement. C'est donc un travail colossal qui implique l'engagement du public et différents secteurs, et qui constitue un défi de taille », sourit-elle.

Partager cet article