"Tous les thonniers sont inspectés"

En partenariat avec The European Commission
"Tous les thonniers sont inspectés"
Tous droits réservés Euronews
Par Denis Loctier
Partager cet article
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Et chaque navire est tenu d'accueillir un observateur à bord pendant les activités de pêche et de transbordement. Une pratique essentielle à la mise en oeuvre d'une pêche durable.

La pêche au thon est fondamentale pour l'économie de nombreux petits États insulaires en développement (PEID) du Pacifique, en particulier pour dix d'entre eux, considérés comme étant dépendants du thon. En moyenne, 37 % des recettes publiques de ces pays proviennent des droits d'accès payés par les flottes issues de la pêche industrielle.

Le total des captures de thon dans le Pacifique occidental et central, en 2022, a été estimé à près de 2,7 millions de tonnes, ce qui représente près de 54 % des captures mondiales de thon.

Une pêche considérable, mais une pêche durable : contrairement à toutes les autres zones de pêche de thon, aucun des cinq principaux stocks de thon du Pacifique occidental et central n'est surexploité.

Lors d'un entretien à Majuro, Glen Joseph, directeur de l'Autorité des ressources marines des Îles Marshall, a souligné le rôle primordial de l'inspection des navires et de la collecte de données. Tous les thonniers à senne coulissante opérant dans les Îles Marshall sont soumis à un arraisonnement et à une inspection, et chaque navire est tenu d'accueillir un observateur officiel à bord pendant les activités de pêche et de transbordement. Ces mesures, pour ne citer qu'elles, sont essentielles au maintien d'une pêche durable, garantissant la viabilité à long terme des stocks de thon dans le Pacifique Centre-Ouest.

"Les îles Marshall, comme tous les autres pays insulaires du Pacifique, représentent la plus grande zone de pêche du monde", note Glen Joseph. "Environ 50 % de la consommation mondiale de thon est pêchée dans nos eaux. Il y a des Japonais, des Américains, des Taïwanais, des Chinois, des Coréens, des Philippins... Les pêcheurs ont tendance à venir ici et, bien sûr, à tenter de conclure des rentes d'accès à la pêche, en monétisant les ressources pour générer des revenus pour les pays. Il est de notre devoir et de notre responsabilité d'obtenir ces données à des fins de gestion, mais c'est aussi une de nos obligations, nous qui sommes les gardiens de la plus grande ressource du Pacifique, et peut-être de la planète. On peut dire que le stock de thon dans le Pacifique est plus sain que ceux de n'importe quelle autre régions".

Partager cet article